• images
  • 16 h 33 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Témoignage ultime partie 13 : Les effets physiologiques de la Réalisation.

 

 

 

 

Fin janvier 2020 Bernard dans un de ses messages m’annonçait que lors de ma prochaine visite, il en profiterait pour accorder un dernier témoignage public, avec trois autres chercheurs très proches, dont il voulait bien qu’il soit filmé, afin que le film soit vu par les chercheurs sincères qui le désireraient. Et il ajoutait :

« Le samedi premier Février 2020,ce sera mon dernier témoignage public …Pourquoi ? J’ai tout dit sur mon cheminement, ma Passion, et mon expérience du But ultime…Pourquoi continuer de répéter sans cesse les mêmes paroles ? Je ne suis ni un Guru, ni un conférencier, heureusement ! Témoigner n’est pas un métier mais un geste d’Amour et je l’ai accompli avec tout mon Amour parce que je vous Aime ! Pour achever mon Témoignage et parce que j’ai entendu des horreurs sur YouTube en voulant rechercher des petits films ou vidéos sur RAMANA et NISARGADATTA, je voulais préciser encore une fois et j’espère avec des mots nouveaux certaines particularités de la recherche que certains “éveillés” salissent au quotidien…Ils n’ont pour excuse que leur ignorance et devraient se taire car le chemin vers la RÉALISATION, et non l’éveil , est quelque chose de très sérieux…Le But ultime de notre recherche est une Merveille que j’essaie depuis plus de 20 ans de décrire au mieux mais nos pauvres mots restent impuissants et c’est finalement normal »

Ce témoignage a donc eu lieu le Premier Février 2020 en présence seulement de 4 chercheurs très proches de Bernard . Il sera donc en partie monté sur un film par deux d’entre eux spécialisés en cette matière, et de mon côté je tenais à en faire partager l’essentiel sur ce site dédié à Bernard. Ce témoignage avec ces 4 chercheurs qui seront nommés dans le texte C1, C2, C3, C4, s’est déroulé sur plusieurs heures et sera pour la commodité du lecteur expurgé des points trop intimes et partagé en plusieurs parties numérotées regroupées sous un thème.
Il va sans dire que ces textes ont été soumis avant parution à Bernard et qu’il les a approuvés vivement en disant justement à quel point ce pouvait être un trésor pour certains chercheurs .Bernard a également fortement insisté et je me dois de le signaler, sur le fait :QU’EN AUCUN CAS TOUTES LES PAROLES EXPRIMÉES PAR LUI N’ÉTAIENT : « UN ENSEIGNEMENT ».
Je sais d’ailleurs depuis que je le connais à quel point il a horreur de ce mot, qui évoque tant pour lui toutes les contraintes qui ont été imposées aux chercheurs. Il pense à juste titre et surtout à notre époque, qu’un bon nombre des interventions et des écrits sur la recherche spirituelle, est essentiellement produit pour convaincre et faire des adeptes. Il ne s’est jamais situé à ce niveau qui lui est intrinsèquement étranger et m’a toujours dit qu’il consentait à ce que je relate ses dires, à la condition de préciser qu’il s’agissait d’un TÉMOIGNAGE, qui en aucune façon n’avait pour but de convaincre qui que ce soit.

Étant moi-même proche de lui depuis pas mal d’années maintenant, je peux témoigner à mon tour que ceci est profondément vrai et j’ai souvent écrit à quel point j’avais éprouvé en sa présence un tel sentiment de respect et de liberté, sans me sentir à aucun moment aliéné à un mode de pensée quelconque Cette liberté extrême peut d’ailleurs décontenancer dans un premier temps car elle est vertigineuse et oblige le chercheur à se prendre totalement en charge.
Mais je dois ajouter que si aucun enseignement n’est donné, en revanche l’Amour lui, n’est même pas donné : il coule à flots ! De ce fait, que l’on s’en rende compte ou pas, ces paroles de témoignage sont un cadeau précieux de sa part, qui je l’espère sera entendu à sa juste valeur. De tout cœur et bonne lecture : Alain. 

________________________________________

C3 : Vous disiez un jour, vous me direz si je me trompe, pas mot pour mot mais qu’en fait même au niveau purement physiologique, il est prouvé par la science que l’être humain n’utilise que 20% de ses capacités du cerveau et qu’en fait 80% ne sont pas utilisés ou n’ont pas été identifiés on va dire, et qu’en fait après la Réalisation c’est comme s’il y avait une communication (je le dis vraiment avec des mots maladroits), mais c’est comme si le cerveau était en ébullition en permanence parce qu’il s’est reconnecté à plein de choses en fait, et que ça a quelque chose de beaucoup plus vaste.

Bernard : Il paraît ! Il paraît ! (souriant)

C3: Non mais c’est intéressant je trouve parce que, moi ça me donne envie en fait, ce n’est pas très important et ce n’est pas forcément ça qui va nous aider, mais je trouve que c’est intéressant de dire qu’il y a vraiment quelque chose de très immense, parce qu’encore une fois on ne se représente pas l’infini, et par des exemples comme ceux-ci ça aide

Bernard( riant) Oui c’est vrai ! (Rires) Eh bien oui je ne sais pas quoi dire !

C4 : Mais c’est important ce qu’il vient de dire, il y a des choses que tu dis, et c’est différent pour chacun je pense, qui nous donnent vraiment plus envie que d’autres, ça dépend de la texture j’allais dire du chercheur, de son profil. Par exemple tu m’as dit la dernière fois à un moment donné : « Quand on a Réalisé : il n’y a plus de questions ! » et pour moi c’est absolument génial : moi qui me pose des questions sans arrêt, entendre qu’il peut ne plus y avoir de questions ça me donne vraiment envie. Un autre va s’en foutre complètement de cette affirmation « ah bon quand on est Réalisé il n’y a plus de questions, d’accord ! », mais pour quelqu’un qui est très questionneur et qui veut tout pousser à fond intellectuellement, ça le motive énormément de savoir qu’un jour l’hyperquestionnement puisse prendre fin s’il Réalise !

Bernard : Mais c’est évident non ?

C4 : C’est intéressant en fait que chacun découvre dans tes paroles ( c’est le but du film qui contiendra cet entretien) à un moment donné, quelque chose qui le motive plus personnellement .

Bernard : Plus de questions une fois dans l’océan ça va de soi quand même ?

C4 :Eh bien pour moi ça m’a fait un gros déclic !

Bernard : Comment veux-tu avoir encore des questions quand tu n’auras plus d’intellect…Tu essaieras ! (En riant)

C4 et C3 ensemble : Il y a des évidences des fois qui te parlent plus que d’autres !

Bernard : Vous avez raison, alors allez-y, poussez !

C4 : Je cherche aussi quelque chose qui m’avait intéressé, c’est quand vous disiez que physiologiquement on pourrait peut-être constater un jour sur une machine la Réalisation

Bernard : Oui j’avais fait la réflexion à C4 en revenant un jour de l’hôpital et il m’avait presque engueulé ! Alors voyant comme il l’avait pris, du coup je n’ai plus rien dit…

C4 : ( éclatant de rire) : Mais non ! C’était que j’étais énervé pour d’autres choses, par rapport à toutes les expériences sur la méditation en ce moment !

Bernard : Oui mais là c’est mal me connaître de croire que je parlais de cela comme quelqu’un de ce genre. J’ai horreur de l’extraordinaire moi !

C4 : Mais bien sûr, c’est totalement de ma faute à moi !

Bernard : J’ai ce souvenir là et je me suis dit : « Tiens c’est bizarre qu’il l’ait compris comme cela ! »

C3 : Oui je m’en rappelle !

Bernard :Alors qu’effectivement je ne le savais pas et que je lui avais dit en plaisantant (mais ça ne lui a pas plu) : « C’est rigolo on aurait pu voir Ramana et lui passer l’examen, il aurait eu le même que moi ! » Et j’avais dit en rigolant que tous ceux qui font semblant (Il y a d’ailleurs aussi des sincères qui se trompent car sans savoir tu peux très bien prendre une expérience pour être arrivé, mais s’il est honnête il peut dire : oui voilà !)…J’ai oublié ce que je voulais dire

C3 : Donc on pourrait prendre une machine et voir si la Réalisation est effective

Bernard : Un peu comme ils l’ont fait sur moi. Voilà tout de même  25 ans que la médecine m’a  diagnostiqué Alzheimer quand même !

( NDLR : Ceci m’a toujours surpris et je peux vous assurer que connaissant la vivacité de Bernard depuis 12 ans il n’a rien d’un Alzheimer, ce qui montre une fois de plus les limites justement des examens sur machine et que « scientifique » ne rime pas toujours, loin de là, avec “vérité absolue”)

J’ai une case de vide et ils sont sûrs d’eux hein ! Ils en doutaient à un moment et ils ont même vérifié à la machine. Ils ont fait pareil avec l’électroencéphalogramme où c’est plat, que ça soit les yeux ouverts ou fermés, et ça n’est absolument pas normal ! Et puis bien d’autres choses  encore…Mais du coup je n’ai plus noté puisque C4 m’a dégouté (Rires)…Non, je ne dis pas cela pas méchamment…Je trouvais simplement que c’était cocasse, moi je ne m’attendais pas à cela. Parce que lorsqu’ils me faisaient l’examen, je ne leur ai pas dit évidemment : « Je suis Réalisé et c’est normal ! » Sa machine ne déconnait pas, ils ont pourtant bien regardé et avec l’analyse de sang : à nouveau pareil. Je ne sais plus mais je ne l’ai plus noté du coup puisqu’il m’a découragé….

C4 ( culpabilisé sereinement) : Ah tu vas me punir !

Bernard : Non mais d’un autre côté ça m’embêtait, parce que comme je suis une bonne poire qui dit oui tout le temps, donc ils font tous les essais sur moi, puisque je m’en fiche et comme je rigole tout le temps ils sont contents, mais l’ennui c’est que ça ne fait pas une bonne base, parce qu’ils me prennent comme référence pour leurs études et évidemment ça ne va pas correspondre avec les autres. Parce que quoique l’on me fasse ça ne marche pas comme sur les autres J’en suis à ma onzième chimio et au bout de trois t’es mort ! Qu’est-ce que je fais là ?Tout marche comme ça ! Donc c’est marrant de constater que physiologiquement il y a tout de même un changement avec la Réalisation

C4 : Oui bien sûr !

Bernard : Et jamais je ne m’en serais douté. Voilà c’était simplement pour l’anecdote Il y avait aussi un autre truc extraordinaire parce que c’est quand même formidable mais ils voudraient bien comprendre….

C3 : Les jambes aussi !

Bernard : Ah oui ! Je ne devrais pas pouvoir marcher avec ma jambe gauche, parce que l’on ne voit plus rien à cet endroit-là, je ne la sens plus du tout d’ailleurs, comme il n’y a plus les nerfs, si je sens un tout petit peu qu’au lieu d’être plat là ça fait comme ça c’est embêtant. En fait, selon la médecine, ça fait 10 ans que je ne devrais pas marcher !

C3 : Il y en a un une fois qui vous faisait un doppler et qui disait que l’influx nerveux ne passait plus de là à là, donc il vous a demandé comment vous étiez venu

Bernard : Oui ils appellent cela une neuropathie je ne sais plus quoi

C3 : Et vous avez répondu que vous étiez venu en voiture vous-même et seul et il vous a dit que ce n’était pas possible (Rires)

Bernard : C’est vrai je ne m’en rappelais plus de cela !

C3 : Et il a rappelé un deuxième médecin pour vérifier la machine et le deuxième a confirmé en disant que vous ne pouviez pas marcher

Bernard : Et parfois en moi pour rigoler je me disais : « Qu’est-ce que je peux bien leur dire ? Que je suis Réalisé ? » Mais de plus je n’étais pas encore sûr au début que c’était dû à cela ! Ce n’est qu’à, la suite d’une accumulation de tels exemples, que tu arrives à te dire qu’il y a quelque chose de spécial. Après le cumul des chimio c’est vrai que là aussi le neurologue est sceptique. Oui mais ils sont scientifiques alors ils se disent qu’il y a un truc qu’ils ne comprennent pas encore mais ils n’auront pas l’idée de penser que ça peut venir d’un truc tel que la Réalisation, je n’y aurais pas pensé non plus d’ailleurs en étant dedans. Pour eux c’est un simple problème technique, scientifique, qu’ils ne connaissent pas encore. Il y a tellement de réactions différentes à tous les traitements même sur des gens normaux ! Mais tout de même quand ils me voient parfois, ils m’appellent le mètre-étalon  (Rires). Mais on ne parlait pas de cela au départ, je ne m’en rappelle plus ?

Tous : On parlait au niveau de la conscience, du cerveau…

Bernard : Il faudrait être vraiment bizarre pour se contenter d’une vie temporaire, quand même dure pour la plupart. Tout le monde cherche, ça donne des dépressions, ça donne que c’est le suicide qui est la première cause de mortalité avant le cancer. C’est quand même terrible et triste cela ! Parfois et je l’ai dit à C4 hier, j’aimerais avoir une baguette magique et puis allez :top !

C2 : Ah ce serait bien !

Bernard : Je vais étudier ça ! (Rires) Avec leurs appareils, les scanners et des tas de trucs, ils te scanneraient en disant « oh t’as vu ce n’est pas toi ! »- « Ah ben merde alors du coup il faut que je cherche ! » (Éclats de rire)…Elle est pas mal celle-là…. « Eh bien moi je croyais !…………- non, non c’est prouvé regarde ! »
Tout ça pour dire, parce que je parle de la recherche quand même et puis du but qui est quand même une merveille.

Je vous promets surtout que ça vaut le coup ! D’ailleurs vous le savez, je l’ai déjà tellement dit.

_________________________________________