• images
  • 9 h 40 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Témoignage ultime partie 12 : Où l’on reparle de la conscience !

“je n’ai pas conscience d’être ! ” Bernard

 

 

Fin janvier 2020 Bernard dans un de ses messages m’annonçait que lors de ma prochaine visite, il en profiterait pour accorder un dernier témoignage public, avec trois autres chercheurs très proches, dont il voulait bien qu’il soit filmé, afin que le film soit vu par les chercheurs sincères qui le désireraient. Et il ajoutait :

« Le samedi premier Février 2020,ce sera mon dernier témoignage public …

Pourquoi ? J’ai tout dit sur mon cheminement, ma Passion, et mon expérience du But ultime…Pourquoi continuer de répéter sans cesse les mêmes paroles ? Je ne suis ni un Guru, ni un conférencier, heureusement ! Témoigner n’est pas un métier mais un geste d’Amour et je l’ai accompli avec tout mon Amour parce que je vous Aime ! Pour achever mon Témoignage et parce que j’ai entendu des horreurs sur YouTube en voulant rechercher des petits films ou vidéos sur RAMANA et NISARGADATTA, je voulais préciser encore une fois et j’espère avec des mots nouveaux certaines particularités de la recherche que certains “éveillés” salissent au quotidien…Ils n’ont pour excuse que leur ignorance et devraient se taire car le chemin vers la RÉALISATION, et non l’éveil , est quelque chose de très sérieux…Le But ultime de notre recherche est une Merveille que j’essaie depuis plus de 20 ans de décrire au mieux mais nos pauvres mots restent impuissants et c’est finalement normal »

Ce témoignage a donc eu lieu le Premier Février 2020 en présence seulement de 4 chercheurs très proches de Bernard . Il sera donc en partie monté sur un film par deux d’entre eux spécialisés en cette matière, et de mon côté je tenais à en faire partager l’essentiel sur ce site dédié à Bernard. Ce témoignage avec ces 4 chercheurs qui seront nommés dans le texte C1, C2, C3, C4, s’est déroulé sur plusieurs heures et sera pour la commodité du lecteur expurgé des points trop intimes et partagé en plusieurs parties numérotées regroupées sous un thème.
Il va sans dire que ces textes ont été soumis avant parution à Bernard et qu’il les a approuvés vivement en disant justement à quel point ce pouvait être un trésor pour certains chercheurs .Bernard a également fortement insisté et je me dois de le signaler, sur le fait :QU’EN AUCUN CAS TOUTES LES PAROLES EXPRIMÉES PAR LUI N’ÉTAIENT : « UN ENSEIGNEMENT ».
Je sais d’ailleurs depuis que je le connais à quel point il a horreur de ce mot, qui évoque tant pour lui toutes les contraintes qui ont été imposées aux chercheurs. Il pense à juste titre et surtout à notre époque, qu’un bon nombre des interventions et des écrits sur la recherche spirituelle, est essentiellement produit pour convaincre et faire des adeptes. Il ne s’est jamais situé à ce niveau qui lui est intrinsèquement étranger et m’a toujours dit qu’il consentait à ce que je relate ses dires, à la condition de préciser qu’il s’agissait d’un TÉMOIGNAGE, qui en aucune façon n’avait pour but de convaincre qui que ce soit.

Étant moi-même proche de lui depuis pas mal d’années maintenant, je peux témoigner à mon tour que ceci est profondément vrai et j’ai souvent écrit à quel point j’avais éprouvé en sa présence un tel sentiment de respect et de liberté, sans me sentir à aucun moment aliéné à un mode de pensée quelconque Cette liberté extrême peut d’ailleurs décontenancer dans un premier temps car elle est vertigineuse et oblige le chercheur à se prendre totalement en charge.
Mais je dois ajouter que si aucun enseignement n’est donné, en revanche l’Amour lui, n’est même pas donné : il coule à flots ! De ce fait, que l’on s’en rende compte ou pas, ces paroles de témoignage sont un cadeau précieux de sa part, qui je l’espère sera entendu à sa juste valeur. De tout cœur et bonne lecture : Alain. 

_________________________________________

C2 : Bernard tu sais que j’ai remarqué que parfois les gens parlent beaucoup de la conscience, comme si elle était le but

Bernard : Alors on entend tellement de bêtises là-dessus que  (riant) tu vas me mettre en colère!(Rires)

C3 : Après il n’y aura plus qu’à parler de l’inconscient et on aura tout fait ! ( Rires)

Bernard : Oui on présente la conscience comme un peu quelque chose d’évanescent et tout ça, alors là je suis catégorique et puis en accord avec moi-même et ce n’est pas grave si les gens ne sont pas d’accord.
LA CONSCIENCE EST TOUJOURS PERSONNELLE, ELLE CONCERNE L’INDIVIDU, ELLE CONCERNE LA VIE MANIFESTÉE,IL N’Y A PAS DE CONSCIENCE DANS LA BASE CAR IL N’Y EN A PAS BESOIN, LA CONSCIENCE EST TOUJOURS RELATIVE À SON CONTENU DONC CONSCIENCE DE QUELQUE CHOSE.

Il faut bien que quelqu’un soit conscient de quelque chose et ça concerne la condition humaine on va dire, peu importe le reste et s’il y a des niveaux de conscience dans le poisson( riant allusion au satsang des zen en 2008) ou dans un arbre bien entendu mais ce n’est absolument pas pareil. Pour moi, dans mon expérience : SEUL L’ÊTRE HUMAIN A CONSCIENCE D’EXISTER et c’est le plus important.
ON NE PEUT PAS RÉALISER SI L’ON N’EST PAS CONSCIENT D’ÊTRE et attention je vais m’attirer des foudres : donc une vache ne peut pas Réaliser pour moi, c’est sûr, c’est comme ça, alors voilà évidemment, mais il ne l’a pas écrit Ramana après tout , on dit qu’il l’a dit !
NDLR: Dans tous les livres sur Ramana il y a en effet cette assertion que la vache de l’ashram: Lakshmi avait Réalisé !

C4 : C’est rapporté à de nombreux endroits quand même !

C2 : De toutes façons là on ne s’occupe que de ton expérience !

C4 : Voilà !

Bernard : Non mais tu sais à quel point j’adore Ramana, et quand je vois cela je sais que ce n’est pas possible : une vache ne peut pas Réaliser, parce qu’il n’y a que l’être humain qui puisse le faire et de cela: j’en suis absolument certain !

C2 : En tout cas la conscience est relative à son contenu, elle est liée à l’individu

Bernard : Bien sûr oui ! Et il n’y a pas de supra conscience, de conscience universelle, montrez la moi c’est où ? je veux bien y aller moi mais c’est où ? Et pourtant vous entendez parler de cela sans arrêt. Eckart Tolle ne parle que de cela et Sri Aurobindo qui voyait l’être humain évoluer vers une supra conscience…Mais ce n’est rien la conscience, bien que ce soit le plus important dans l’être humain, mais elle se déprécie avec la maladie.
La conscience elle est dans le cerveau, elle n’est pas ailleurs et ce n’est pas un truc évanescent comme ça, elle s’arrête le soir,  c’est bizarre en fait, elle s’arrête le soir puisque dans le sommeil profond il n’y a pas conscience d’être. Où est-elle ? Elle reprend le matin et entre temps ? (dit sur un air interrogatif !)

C3 : J’existe !

Bernard : Oui j’existe ! la conscience me permet de le savoir. C’est important mais elle se déprécie avec la maladie d’Alzheimer par exemple, moi mon père était normal et la conscience ne marchait plus, il se regardait dans la glace avec moi et il disait : « Tu as vu ton frère ? ». Dans ces cas la conscience ne marche plus, donc bien évidemment que la conscience n’est pas une finalité, mais elle finit elle par contre dans la caisse avec le bonhomme ; Elle est très importante en tant qu’individu bien entendu, et lorsqu’elle vient avec l’intelligence ( je vais reciter mon ami Coluche là, mais c’est pour détendre): : « Le problème avec l’intelligence, c’est que quoi qu’il en soit pourvu, l’individu pense qu’il en a assez vu que c’est avec ça qu’il juge ! » (Rire général) à ce moment-là les gens applaudissaient et Coluche disait : « je dirai à Descartes que vous l’avez applaudi ! »…Malgré tout c’est cela quand même.

C4 : J’entends parfaitement ce que tu dis, mais il me semble ( je vais encore faire mon avocat du diable) que certains enseignants de la non-dualité actuellement…

Bernard moqueur : Ils enseignent la non-dualité ???

C4 : Enfin disons certains…

Bernard : Je ne sais pas comment ils peuvent faire !…

C4 persévérant : Certains et même Nisargadatta, si j’ai bien lu et à moins que tu ne dises que c’est une mauvaise traduction, emploient le mot conscience dans un autre sens que celui que tu viens de décrire, avec un grand C je dirais, et c’est dans ce cas , me semble-t-il assimilé un peu à LA BASE ou au Soi

Bernard : Eh bien non ! Ce n’est pas possible !

C4 : En tout cas je l’entends comme ça et c’est logique dans ce qu’ils disent !

C1 : Oui dans ce cas-là il faut s’entendre sur la définition des termes et à ce moment-là Conscience c’est LA BASE

C4 : Oui c’est cela !

Bernard : Quand j’ai cité tout à l’heure que la conscience est relative à son contenu, je le prends dans un passage de Nisargadatta, parce que j’aime bien comme il le dit. Toujours relative à son contenu, conscience de quelque chose, c’est Nisargadatta qui dit cela mais en plus c’est surtout mon expérience.

C2 : Qu’est ce qui se passe une fois Réalisé avec la conscience ? Comment ça marche après ?

Bernard : Là tu parles de l’océan ou ?

C2 : Oui !

Bernard : Eh bien là il n’y a rien à dire il n’y a rien ! C’est LA VIE simplement, mais elle n’a pas besoin d’être consciente puisqu’elle est évidente, je ne sais pas comment remplacer ça mais il n’y a pas besoin d’être conscient d’être quand c’est une certitude…Mais ceci sont des mots et ça fait bizarre de dire cela

C2 : Ce n’est pas gênant mais en tout cas c’est intéressant.

Bernard : Moi je n’ai pas conscience d’être !…
Mais non mais c’est comme si tu dis je suis une femme toi….ou encore plus fort je ne sais pas….qu’est ce qu’il y a de plus fort que ça ? Donne-moi une évidence dont on ne peut pas douter du tout…Ah si je suis une femme, je suis un homme, même si c’est temporaire c’est évident !

C4 : Ce que tu viens de dire c’est très important : tu n’as pas conscience d’être ?

Bernard : Il n’y a pas besoin

C4 : C’est extrêmement important

C2 : C’est énorme !

C1 : C’est la grande différence je crois !

Bernard : Mais il me semblait vous avoir déjà parlé de cela non ? Je le dis souvent il me semble ou autrement peut-être, je ne sais plus !

C4 : Peut- être mais là je l’ai entendu différemment, c’est peut être moi mais…

Bernard : Ah bon !

C2 : Tu n’as pas la conscience d’être mais en fait ce qui reste c’est une évidence d’être !

Bernard : Bon je n’ai déjà pas le principe pour être conscient, ça n’existe pas ça ! Je n’ai pas de conscience moi en tant qu’Être Réalisé alors on va dire , c’est ça ?

Plusieurs : Oui !

Bernard : La conscience c’est pour le bonhomme, on a pas besoin d’être conscient pour exister. Si c’est une vie particulière il faut être conscient d’être mais ça arrive tous les matins, mais moi je n’ai pas de matin dans l’océan, c’est en permanence et l’on n’a pas idée de ce que représente le mot éternel !

C3 : Non on ne peut pas se le représenter et même l’infini c’est pareil !

Bernard : Ce n’est pas notre nature encore une fois !

___________________________________