• images
  • 16 h 41 min
  • images
  • Aucun commentaire.

Ni Dieu, ni Maîtres, ni religions ! Que de l’Amour!

amour

dieu-te-voit                                                        Maitre_maitrise-50b11religions_l-297x300

J’ai été très frappé en rencontrant Bernard et en le fréquentant depuis plusieurs années de constater à quel point c’était un homme simple et profondément LIBRE.

Cette liberté n’a absolument rien à voir avec un laxisme superficiel si courant à notre époque et qui n’est en fait que le signe d’un narcissisme débridé et complaisant.

Non il s’agit là de la liberté totale de quelqu’un qui par son expérience a dépassé les limites du conditionnement habituel de l’ego : puisque rappelons le : La Réalisation n’est pas un aménagement ou une extension quelconque de l’ego fût-elle la plus subtile mais simplement le « tombé de scène » (comme Bernard aime à le définir), cette expérience définitive et irréversible qui met à bas l’ego devenu poussière dans l’immensité de l’espace ou simple petite goutte ayant rejoint l’océan.

Cette liberté m’a énormément frappé justement parce qu’elle n’est pas rattachée à « la personne » mais qu’elle a sa source dans l’immensité du SOI.

Ceci fait qu’il n’y a plus les contraintes habituelles de nos egos limités et que l’Être Réalisé n’a que faire des anciennes idoles qui jalonnent le quotidien de la plupart des êtres humains.

Ceci est particulièrement frappant en ce qui concerne : Dieu, les Maîtres, les religions.

Bernard fait imploser tout cela (tout en veillant toujours avec compassion à respecter là où en est chacun) et d’ailleurs dans les réponses apparemment déroutantes qu’il donne réside toujours un espoir beaucoup plus grand que celui qui se trouvait dans les les idoles qu’il renverse et une indication pertinente pour atteindre le Bonheur parfait que lui même exhale par toutes ses pores.

pour illustrer cela j’ai regroupé ci dessous des réponses de Bernard sur ces sujets ô combien importants pour les chercheurs.

Auditeur : Cher Bernard tu sembles rejeter l’idée de Dieu !

Bernard:Effectivement je rejette l’idée de Dieu et le terme est exact , simplement parce que , justement, ce n’est qu’une idée et non une expérience.

Toute idée n’est qu’un concept : que l’on nomme ce concept Dieu ou diable c’est exactement la même chose

En revanche, ce qui est intéressant et essentiel, c’est que cette idée, quelle qu’elle soit apparaît bien à quelqu’un et ce quelqu’un en a conscience.
Imagine un seul instant qu’il n’y ait pas cette conscience !

Sans cette conscience, unique témoin de ce qui arrive, qu’est ce qui pourrait bien apparaître et à qui ?

C’est parce que je suis conscient que je perçois les événements qui se produisent, ensuite c’est par le processus mental que ces événements sont interprétés, étiquetés, classifiés en événements agréables ou désagréables etc.

Mais sans cette conscience témoin, il ne se passerait rien parce que ce qui apparaît n’a d’existence qu’en fonction de la conscience que nous en avons

Dans le sommeil profond il n’y a pas conscience d’être et de ce fait il ne se passe rien.

Je rappelle ce que disait Ramana :

« Si Dieu et le monde sont réels, ils doivent être présents dans le sommeil profond : ce qui n’est pas le cas ! »

La vie est complètement nulle. Celui qui prétend le contraire ne voit pas les choses comme elles sont.

Tu viens sur terre, tu en baves, tu es malade, tu te maries, tu divorces, tu perds la personne que tu aimes le plus au monde dans un accident, et finalement tu finis dans ta caisse.

S’il y avait UN DIEU SCÉNARISTE derrière tout cela : j’aurais deux ou trois mots à lui dire !. HEUREUSEMENT IL N’Y EN A PAS !

Si Dieu existe, il doit être là comme l’enregistreur qui est sur la table.

Un Dieu assis sur un nuage ou représenté de quelque façon que ce soit n’existe pas.

Moi je sais que j’existe, je le vis et je l’expérimente.

Ce qui est vrai c’est ce qui est expérimenté et personne ne peut expérimenter l’existence de Dieu, sinon encore une fois dans un concept qu’il va créer .

Dieu est un a priori, une pensée, une éventualité.

Regarde tout ce que l’on fait au nom de cette simple éventualité.

COMBIEN DE MILLIONS DE MORTS A CAUSE D’UN DIEU QUI N’EXISTE PAS ?

Et tout ce que cette notion créée de misère dans le monde et va continuer d’engendrer !

Auditeur : Mais si pour toi il n’y a ni Dieu, ni religion, quelle est la différence entre ce que tu vis et ce que vit un athée qui lui aussi ne croit en rien ?

Bernard : mais ça n’a absolument rien à voir !

Un athée est quelqu’un qui se définit négativement contre quelque chose, alors que moi je suis super positif car ce que l’on trouve au bout de notre recherche EST UNE MERVEILLE.

De même quand on prend l’exemple merveilleux du sommeil profond pour essayer d’ exprimer ce qu’est notre Vraie Nature, c’est seulement encore le côté négatif de cette Vraie Nature, c’est une absence de conscience :

or notre Vraie nature est totalement positive, il n’y a pas d’absence, c’est une totalité et il n’y a même pas de vide.

Le vide n’existe pas:pour qui existerait-il ?

Mais on peut dire que cette Réalisation n’intéresse pas beaucoup de monde et la responsabilité est à attribuer aux religions.

POURQUOI SI PEU INTÉRÊT POUR LA REALISATION DE NOTRE NATURE VÉRITABLE ?

Tout le monde recherche le Bonheur et c’est naturel, mais les religions promettent un bonheur que les hommes à travers les multitudes de rites, de credos, de moyens, n’arrivent pas à percevoir clairement.

D’autant plus que les paradis promis ne sont pas permanents puisqu’ils sont « à venir ».

Si l’on réfléchit sérieusement à ce fameux salut dont parlent toutes les religions on s’aperçoit que ça n’a aucun sens.

MAIS ON MARCHE QUAND MÊME DANS LEUR MANÈGE DANS L’ESPOIR QU’IL N’Y AIT PAS QUE LA MORT AU BOUT.

Être « sauvé » suppose que l’on soit au départ «perdu ».

Supposons donc que Dieu a créé l’homme et qu’il l’a mis sur terre en lui disant en quelque sorte : « Voilà tu es mauvais, tu vas commettre des péchés, tu es en quelque sorte perdu….

Sauf si malgré tous les handicaps dont je t’ai doté, tu arrives à t’en tirer. Je t’ai créé totalement imparfait, à toi de devenir meilleur et tu pourras accéder au paradis. »

Ceci après toutefois, soit le jugement dernier pour certaines religions, soit un capital de bonnes actions suffisant pour la plupart des religions orientales.. !

SI L’ON SE RAPPELLE QUE L’HOMME N’A ABSOLUMENT JAMAIS DEMANDE A DIEU DE VENIR SUR TERRE, L’ADDITION A PAYER EST SÉVÈRE !

Les religions donnent des conseils, souvent des instructions en échange de promesses qu’elles ne pourront jamais tenir :

VOILA LA TRISTE REALITE : ON SE MOQUE DU MONDE !

Pas étonnant avec cela que très peu de monde soit intéressé !

LAISSEZ DONC CES PARADIS IMAGINAIRES ET COMPRENEZ QUE LE RÉEL BONHEUR EST PERMANENT, qu’il ne peut pas surgir à un moment ou à un autre et que c’est simplement NOTRE NATURE VÉRITABLE, toujours présente et ne dépendant de rien,et surtout pas de mérites illusoires !

Ce BONHEUR nous l’appelons LE SOI, par opposition au moi individuel ou ego , et ce SOI ne se mérite pas, ne survient pas, il n’apparaît ni ne disparaît.

IL EST PERMANENT ET « JE » SUIS CETTE PERMANENCE OU PRÉSENCE ÉTERNELLE.

Auditeur : mais Bernard pour arriver à cela un Maître ne nous est-il pas nécessaire ?

Bernard : Comme son nom l’indique un maître est quelqu’un qui maîtrise, alors qu’un Être Réalisé n’a plus rien à maîtriser puisqu’il a définitivement perdu le sentiment d’être quelqu’un.

QUI PEUT-IL BIEN RESTER POUR EXERCER UNE QUELCONQUE MAÎTRISE ?

Je rappelle tout de même ce que disait Ramana lorsqu’on lui parlait de ce sujet :

« Quelqu’un peut se nommer mon disciple ou mon adepte, je ne considère personne comme étant un disciple.
Si des gens se nomment mes disciples : je n’approuve ni ne désapprouve : de mon point de vue ils sont tous semblables : que puis je leur dire ? »

L’Être Réalisé ne maîtrise pas, n’enseigne pas, là encore c’est une erreur de parler de l’enseignement de Ramana ou de Bernard, parlons plutôt de TÉMOIGNAGE.

Auditeur : mais cher Bernard, puisque l’individu n’est plus là après la Réalisation, qui reste-il encore pour jouir de cet AMOUR ? Est ce que l’on devient l’Amour total ?

Bernard : C’est mieux que cela encore !

L’Amour humain consiste, et c’est normal ; à aimer quelqu’un,

ALORS QUE RÉALISER SA VRAIE NATURE C’EST TOMBER EN ETAT D’AMOUR.

ON TOMBE DEDANS COMME LA POUPÉE DE SEL RENTRE DANS L’OCÉAN POUR S’Y DISSOUDRE.

L’Amour dont je parle est pour rien ! Complètement gratuit !

L’Amour qu’éprouve l’individu est un Amour particulier : il aime quelqu’un ou quelque chose.

Le sujet et l’objet sont tous les deux provisoires.

Si l’on va au-delà de la particularité de l’Amour nous découvrirons, nous serons absorbés par cet Amour Total, inconditionnel, pour rien, sans objet, sans but, l’Amour complet en lui-même, ne dépendant de rien et c’est tout simplement une merveille !

TOUTE NOTRE RECHERCHE N’EST D’AILLEURS QU’UNE MERVEILLEUSE HISTOIRE D’AMOUR QUI DOIT SE TERMINER

EN UNE FUSION TOTALE : FUSION DU CHERCHEUR EN CE QUI EST CHERCHE.

FUSION DE L’AMOUR PARTICULIER DANS L’AMOUR TOTAL

FUSION DU SPECTATEUR DANS LE SPECTACLE.

Les outils pour cette recherche, ne sont ni Dieu, ni le maître, ni les religions, mais une fervente passion amoureuse de notre quête et un désir fou de réaliser LE BONHEUR.

Et je rappelle cette merveilleuse phrase de Élisabeth de la Trinité à la fin de sa vie passionnée :

IL FAUT TOUT FAIRE PAR AMOUR..

AU SEUIL DE LA VIE : L’AMOUR SEUL DEMEURE.