• images
  • 22 h 15 min
  • images
  • Aucun commentaire.

La tarte à la crème de “l’instant présent”!

          instant présent

 IMG_20140908_114313

Il y a un phénomène récurrent à chaque époque je pense, c’est que des principes qui au départ sont justes et éprouvés deviennent peu à peu déformés, dévitalisés, dévalorisés, vidés de leur substance, lorsqu’ils sont pris dans le courant de la mode.

Comme si la mode avait pour fonction entre autre de rassurer les gens parce qu’ils adhèrent tous ensemble à quelque chose et que ce quelque chose prenait une valeur automatique avant même d’avoir été expérimenté, éprouvé par le chercheur, le dispensant ainsi du travail nécessaire sur lui-même.

Une chose qui n’est pas expérimentée, intégrée ne peut délivrer sa juste valeur.

Comme le disait le Christ on ne donne pas des perles aux pourceaux et le plus beau chat du monde n’a rien à faire d’un diamant dans sa gamelle

Les exemples sont multiples mais je voudrais ce jour m’intéresser à une notion spécifique, celle de : « vivre l’instant présent ».C’est probablement l’occurrence qui revient le plus souvent dans les textes de la spiritualité contemporaine.Cette notion a même été largement relayée par les littérateurs de tous bords :je pense entre autre au Best seller de Philippe Delerm : « la première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ».Voici d’ailleurs quelques phrases édifiantes d’un article vantant les mérites de ce livre :

-Les sens exacerbés, le velouté « sensuel » des petits pois, écossés à deux, devient « rite » et « connivence »
-le croissant moelleux ou le loukoum dégusté sur le trottoir, délicieux pêché de gourmandise, donne un sentiment de « liberté »;
-le Tour de France est communion;
-les lectures sur la plage ramènent à l’adolescence avec mélancolie;
-le bain du dimanche soir est un « bien être palpable »;
-l’écran de cinéma permet l’envol voluptueux dans l’imaginaire;
-les tomates du jardin ont la « sensualité penchée »;
-le journal du petit déjeuner offre le luxe de savoir que le monde est en guerre, alors que l’on est soi-même à l’abri de tout……………

Quelle magnifique spiritualité, et comme cela motive le chercheur sérieux !…surtout la sensualité penchée des tomates, là c’est le summum…..le velouté sensuel des petits pois, qui devient rite, n’est pas mal non plus: à quand le beefsteak rite?

Dans un monde déboussolé, en perte de valeurs et de références : le présent et les petits plaisirs afférents deviennent soudainement la raison essentielle de vivre.Et les formules populaires décrivent à l’infini ce genre de philosophie assez simpliste .

Qui n’a pas entendu cette phrase sous une forme ou sous une autre ?  :

«  On ne sait pas ce qui nous attend demain alors profitons de l’instant présent au maximum ! »

Ainsi se met en place une sorte d’hédonisme cher à l’époque dans lequel me semble- t’il l’essentiel a été oublié et relégué aux oubliettes de manière à pouvoir se réfugier dans son petit quant à soi, son narcissisme douillet et malgré tout non dénué d’angoisse.

Là aussi (au passage  et  dans le domaine similaire du narcissisme mais à contrario)  nous pouvons observer la mode excessive et éhontée de l’étiquetage : « pervers narcissique ». Les psy de tous bords ont trouvé le filon dans ce terme et le déclinent à toutes les sauces, ainsi la plupart des gens se sentent entourés de pervers-narcissiques. Ce faisant ils  mettent  en doute toutes leurs relations et s’enferment encore plus dans leur tour d’ivoire, rentrant ainsi, sans s’en rendre compte dans ce que par ailleurs ils dénoncent….Narcisse se défiant de Narcisse: la boucle est bouclée!

Le secret des secrets, la panacée serait donc ô miracle de vivre l’instant présent : quelle découverte révolutionnaire !

Mais en tant que béotien naïf , j’ai envie de dire: « mais peut-on faire autre chose ? »

Par définition en effet on ne peut vivre que l’instant présent et il n’est pas nécessaire pour comprendre cela de lire des dizaines d’ouvrages de philosophie très complexes.

Chaque action quelle qu’elle soit de nos vies ne SE PASSE QU’AU MOMENT PRÉSENT !

Alors serait-ce cette lapalissade qui serait le secret des secrets de la voie spirituelle ?Toutes les années de yoga, de recherches multiples et ardues, de régimes divers, de contorsions ascétiques en tous genres , mèneraient donc à cette prise de conscience révolutionnaire ?:

Vivre au présent !……………. La belle affaire ! …………….

Mais comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, des milliers d’êtres humains ne font et ne peuvent faire que cela chaque jour !

J’entends déjà d’ici mes détracteurs : « mais il n’a rien compris ce sombre imbécile ! Nous ne sommes jamais dans le présent mais constamment en recherche d’un espoir futur ou d’un refuge dans le passé idéalisé etc……. ».Rassurez vous je connais bien la rengaine et je l’ai moi-même largement exploitée dans mes conférences, comme tout un chacun j’ai vite appris à être perroquet !

Mais peu à peu ma rencontre et mes échanges profonds avec Bernard m’ont fait envisager les choses sous un tout autre aspect et lorsque je confiais ce genre de réflexion à Bernard et mon ressenti sur l’instant présent : une fois de plus en quelques mots il m’apporta une vision lumineuse et simple sur ces concepts que l’on complique à l’envie et que l’on utilise à tort et à travers pour se rassurer.Avec sa verve habituelle et ignorant la langue de bois en quelques mots Bernard recentra le débat:

-Quelle bêtise de dire comme on l’entend sans cesse de nos jours :
« L’éveil c’est juste être ici et maintenant et vivre l’instant présent » !Alors qu’il est absolument impossible qu’il en soit autrement !!!!

On est toujours là ou ici, dans l’instant présent qui bien entendu est maintenant !
Le fait d’être qui est expérimenté, l’est toujours ici et maintenant : c’est tellement évident !

Mais un Être Réalisé, un vrai : n’est plus concerné par cet ici et maintenant qui n’est encore malgré tout qu’un instant, ou le présent ou toute autre expression.
lorsque l’on a réalisé : on est tout court !
Pour l’être réalisé : « être » est complet en soi-même et ne supporte ni de lieu(ici) ni de temps(maintenant)

Bien sûr le chercheur peut encore , mais pas sans arrêt, faire allusion à l’importance de vivre l’instant présent, dans le fond et le sens premier du terme, mais l’Être réalisé n’est bien sûr plus concerné parce que l’instant présent concerne l’individu dans le monde tout simplement !
De plus même le « je suis » est de trop pour moi car a aucun moment le contraire ne peut être envisagé, et par qui le serait-il ?
Je suis ou j’existe est plus qu’une évidence et ce qui est évident ne s’exprime pas, ce n’est pas possible !

Preuve s’il en fallait encore une qu’un être réalisé ne peut pas dire grand chose…..par contre les autres en font des discours et ce n’est pas fini !Mais cela ne peut se comprendre : il faut l’être !
Alors qu’ils arrêtent avec leur « ici et maintenant » !

Le lecteur va penser que je suis très parti-pris mais qu’importe : là je sens que l’on vient de reprendre de la hauteur, même si le vent nous décoiffe quelque peu au passage : quel bol d’air !
Des petites considérations narcissiques et auto centrées des pseudo chercheurs, on retrouve avec l’air du large le fondement de la spiritualité véritable qui avait été par un tour de passe passe cher aux modes de notre époque complètement détourné.
Alors que la spiritualité selon tous les Êtres Réalisés consiste à s’alléger du petit ego, à tomber de scène comme dit si justement Bernard, on en était arrivé à un culte hédoniste et narcissique de « l’ ici et maintenant », largement relayé dans tous les cénacles New-age et les parutions actuelles.

Plus de trente millions d’Américains font du yoga, des milliers de publications et de groupes de méditation fleurissent à l’heure actuelle, vantant toutes une vie meilleure, un individu plus en forme, un rendement accru.

Par bien des aspects cette mode de la méditation s’inscrit dans le prolongement de celle de la bonne santé et du bio.
Mais comme le rappelle et le martèle à chaque instant Bernard :
CE N’EST PAS L’INDIVIDU QU’IL S’AGIT AMÉLIORER MAIS AU CONTRAIRE DE METTRE TOUT EN ŒUVRE POUR QU’IL TOMBE DE SCÈNE
Cela est certes moins accrocheur et n’enthousiasme pas les foules !

post-scriptum: Dans le même ordre d’idées que cet article voir l’important article intitulé : “la Réalisation n’a rien à voir avec l’instant présent” situé dans la rubrique Bernard Harmand.