1) DANS LE SOMMEIL PROFOND, L’HOMME NE POSSÈDE RIEN, PAS MÊME SON PROPRE CORPS. ET AU LIEU D’ÊTRE MALHEUREUX, IL EST PARFAITEMENT HEUREUX. CHACUN DÉSIRE DORMIR PROFONDÉMENT. LA CONCLUSION EN EST QUE LE BONHEUR EST INHÉRENT À L’HOMME ET N’EST PAS DÛ À DES CAUSES EXTÉRIEURES. POUR OUVRIR LES RÉSERVES DU BONHEUR...