• images
  • 14 h 06 min
  • images
  • Pas de commentaire.

La “Merveilleuse” spiritualité des temps modernes : le Kali Yuga.

Où préférez-vous vous recueillir?

Qui prendre comme modèle: Bouddha ou une pop-Star?

Bouddha Bol: L’équilibre est dans le bol!

Un repas complet pour une nouvelle génération.

 

 

 

 

J’ai envie de pousser un coup de gueule quitte à ce que l’on me dise une fois de plus que j’ai mauvais esprit, que je suis un contempteur du progrès et un vieux ronchon aigri. Mais trop c’est trop ! la dernière nouvelle en date annoncée par les médias c’est la mise en place de la méditation au sein de notre chère assemblée nationale par l’un de nos papes médiatiques de la question. Le pseudo spirituel envahit tout et donne bonne conscience aux gens leur évitant ainsi de faire une recherche sérieuse.

Suffit-il d’écouter un discours sirupeux pendant une heure pour transformer sa vie, et suffit-il même de méditer régulièrement pour être vrai ? Je ne le pense pas, ayant trop souvent vu et rencontré dans mon parcours des « spirituels » tellement en décalage avec eux-mêmes. Dernièrement encore je demandais à une personne, quel était son Maître spirituel et elle me répondit : Amma ! Et je lui demandais en quoi consistait sa recherche auprès de ce maître. Elle me répondit sans aucun trouble que cela consistait à aller se blottir à chaque nouvelle visite dans les bras d’Amma. C’est en effet le guru mondial des câlins, encensée par tous les médias sans exception, jubilant à chacun de ses passages de signaler le nombre de câlins qu’elle a au compteur ; Non je n’exagère pas, c’est écrit noir sur blanc dans la presse et dit à la télévision : ainsi je peux vous dire, cher lecteur passionné de spiritualité véritable, qu’à ce jour elle a donné 32 MILLIONS DE CÂLINS !  (Elle utilise des compteurs réels comme la police pour compter les manifestants. Ce n’est malheureusement pas une blague !)

On va me dire : et si ça leur fait du bien ? C’est imparable mais limité comme raisonnement. Car l’argument est sorti à tout bout de champ : lors de l’enterrement spectaculaire et disproportionné de Johnny Hallyday par exemple et à tant d’autres occasions que je ne prendrai pas la peine de citer ici. Je ne désire incriminer personne en particulier mais simplement, que l’on observe ce qui se passe et le déplacement des valeurs. Les êtres humains sont tellement déboussolés de plus en plus, qu’après avoir soi-disant fêté la mort de Dieu, ils sont prêts à adhérer à des choses absolument irrationnelles et bien plus dangereuses à mon sens que certaines religions, qui, quelles que soient leurs failles avaient au moins le mérite de donner une certaine structuration morale et affective. C’est l’explosion de la tarologie, de la voyance, de l’ésotérisme de pacotille, du bouddhisme branché chez les vedettes, des “allumés illuminés” d’internet-comme je les appelle ! Je souscris entièrement à un des tenants de la Philosophia Perennis qui dit que notre monde moderne est marqué fondamentalement par trois tendances :

-LA TRIVIALITÉ : qui est le fait de rendre les choses grossières et vulgaires.

-LE RAPETISSEMENT : qui est le fait de rendre quelque chose plus petit qu’en réalité.

-LA FALSIFICATION : qui est le fait de dénaturer quelque chose d’authentique en vue de tromper.

Trivialité : en effet que cette couverture de livre à prétention médicale et humaniste qui vous indique les recettes pour rester au septième ciel le plus longtemps possible, comme si l’Amour et la sexualité obéissaient à des recettes. Comme toujours à notre époque, on assiste à une « inversion des valeurs », on part du bas, plutôt que de faire découler naturellement nos actions des Principes supérieurs.Trivialité encore que cet étalage, au moindre événement, d’une débilité émotionnelle, aux dépens d’une sérénité intérieure pleine de compassion et d’Amour vrai. Qui peut raisonnablement croire que la valeur de l’Amour se mesure aux effusions physiques débordantes ? Et qu’on ne me fasse pas dire ce que je ne veux pas dire : j’ai pleinement conscience que chaque être est différent et que les signes d’attention sont à moduler en fonction des besoins réels de chacun : il serait malvenu, par exemple et avec les meilleures intentions du monde de serrer un psychotique dans ses bras, alors que l’on sait qu’il peut être terrorisé par un simple contact. De même qu’il serait malvenu de ne pas serrer dans ses bras un ami qui vient d’être éprouvé par un choc terrible ou un deuil. Le discernement bien sûr est fondamental et plus que jamais à notre époque, mais ceci étant entendu, il n’en reste pas moins que cette dernière regorge de débilité affective, sans aucune mesure avec les besoins réels des gens. Notre soi-disant Amour n’est bien souvent que niaiserie maladroite et complaisante mais qui ne tient pas compte de ce qu’est l’autre réellement. Hier encore on me citait l’exemple d’une militante, fort respectable au demeurant, d’une association d’aide aux émigrés syriens et qui était désolée parce qu’une famille de ses protégés s’était enfuie d’une maison pourtant fort douillette et confortable, qu’on leur avait généreusement allouée. En fait c’était tout simplement parce qu’ils étaient angoissés et avaient peur dans un endroit totalement paumé, qui eût certes réjoui un ermite, mais pas une famille citadine habituée au bruit et à la fureur. Savons nous écouter, comprendre l’autre ? Savons-nous nous écouter et nous comprendre nous-mêmes ?

Quelques cours de yoga, de méditation ou quelques câlins même dans les bras du plus grand guru du monde vont-ils redresser des années de confusion, de mépris ou de complaisance narcissique ? Un stage « d’illumination intensive » à 2000 euros va-t-il d’un coup de baguette magique rectifier les erreurs, les frustrations accumulées ?

Mais de qui se moque -t-on ?

Les gens qui ont déjà tellement de souffrance au fond d’eux-mêmes, vont-ils encore se laisser abuser par des bonimenteurs en tous genres ? Commençons donc par nous écouter, nous aimer pour ne pas nous imposer des pensums inutiles et nous aliéner aux sornettes triviales du premier venu.

 Rapetissement :  en effet que ces déviations multiples des Principes fondamentaux, dévoyés, vilipendés, pour mettre à leur place des injonctions mineures. Je n’en prendrai pour exemple parmi des milliers possibles que celui de la nourriture et des « régimes » si prisés à notre époque où le véganisme branché envahit tous les milieux et où la défense de l’animal (aussi honorable soit-elle) prend le pas sur la compassion élémentaire entre êtres humains : on peut rester un « salaud » solitaire et ordinaire mais on se targue de protéger les animaux et leurs droits et de ne pas les manger. Je suis d’autant plus à l’aise pour fustiger ces gens que je suis moi-même végétarien depuis 50 ans, mais je ne supporte pas l’incohérence, d’où qu’elle vienne et quelles que soient les bonnes intentions dont chacun sait bien que l’enfer en est pavé. Si l’on regarde ci-dessus, l’illustration de l’article sur le régime BOUDDHA BOL, il y a de quoi s’étouffer avant même d’avoir mangé, devant ce magnifique slogan : BOUDDHA BOL : L’équilibre est dans le bol ! Il a bon dos le Bouddha mais quand même, et puis il n’est plus là pour protester ! Serait-il vraiment en accord avec l’exploitation éhontée de son nom et avec le rapetissement scandaleux de son enseignement ?

Falsification : enfin que ces appels mercantiles au Bonheur, déclinés sous toutes les coutures dans tous les médias. Mon dernier exemple en date et qui m’a exaspéré voire attristé-ce qui serait plus juste-, ce sont ces méditation trucks (il y avait déjà les foodtrucks branchés et végan). Là on monte un cran plus haut et on affrète des bus qui ont une dizaine de sièges et pourvus de deux instructeurs (probablement hautement diplômés en stage New-Age de toutes sortes) et ces gurus de haut niveau utilisent des tutoriels préenregistrés pour aider le pauvre peuple à se relaxer. Le camion se gare n’importe où au centre de New York, vous pouvez même le réserver pour vous tout seul si vous avez les moyens, ou pour votre petite famille. Ce n’est pas très cher : pour atteindre la sagesse et la détente « zen » il ne vous en coûtera que 10 dollars pour 10 minutes d’écoute et de visionnage du tutoriel. Démocratique non la spiritualité ? Vous pouvez ainsi par téléphone vous faire livrer le camion pizza, le camion méditation et si la place manque sur le trottoir pour se garer pensez à attendre un moment avant de louer les call-girls, pour la relaxe encore plus totale. Vous rendez vous compte du gain considérable de place et de l’économie carbone : on est passé de la cathédrale gothique et ruineuse au petit truck facilement manipulable. Plus besoin de se rendre dans ces froides églises surannées, le spirituel vient chez nous et à bas prix. On ne doit pas lésiner pour assurer son « développement personnel » formule incantatoire magique de notre époque : on s’enveloppe et on se développe à tous crins !

Et dire qu’il y a des simplets masochistes qui parlent de recherche passionnée où l’on doit tout donner. Dire qu’il y a vingt siècles un chevelu attardé disait de tout abandonner, de tout vendre et de le suivre en quittant son père et sa mère ! J’ose à peine entrevoir le sort qu’on lui réserverait à notre époque ! Probablement l’hôpital psychiatrique à la place de la croix (on n’est quand même pas des sauvages nous ! on respecte les bêtes et les fous !).

Voilà le coup de gueule est passé, mais il n’a pour but en fait que d’alerter ceux qui peuvent encore être touchés car celui qui écrit ne se fait guère d’illusion sur la nécessaire et inévitable dégradation des valeurs à une époque qualifiée par les sages anciens de l’Inde comme un “âge sombre » (Kali Yuga) qui doit selon eux voir se développer la quantité aux dépens de la qualité. Un observateur attentif ne peut que leur donner raison, même si je sais que l’on m’objectera qu’il y a de très belles choses dans le monde, des sentiments authentiques etc….Je connais la rengaine. Mais ai-je jamais dit le contraire ? Il y a eu, il y a et il y aura toujours la lumière et l’obscurité qui se côtoieront dans le monde et ceci est métaphysiquement indispensable puisqu’on ne peut dire que quelque chose est sombre que par rapport à quelque chose qui est plus lumineux, c’est la fameuse intrication si évocatrice du symbole YIN et YANG des chinois. Mais ceci n’empêche pas qu’il y a et qu’il y aura toujours des périodes où le sombre prédominera et à l’inverse des périodes où la lumière sera plus forte.

Mon coup de gueule était donc en partie simulé, car je ne suis pas assez fou pour nier et éviter : « ce qui doit être”. Comme je le dis souvent, il ne sert à rien de retaper un moribond à coup de vitamines, mieux vaut lui tenir la main et l’aider à partir sereinement. Mais ces modestes propos avaient pour but d’avertir ceux qui peuvent entendre et sortir du cercle vicieux du monde actuel(trivialité-rapetissement-falsification) pour être éventuellement un levain pour celui qui immanquablement suivra, car toute civilisation est mortelle ! Comment au mieux préparer ce futur : tout simplement en remplaçant ces trois poisons du siècle par leurs antonymes :

-à la place du trivial : cultivons le noble, l’exceptionnel, le rare, le sublime.

-à la place du rapetissement : cultivons tout ce qui fait grandir.

-à la place de la falsification : cultivons le respect et la protection des choses et des êtres véridiques. C’est d’ailleurs pour moi l’occasion de saluer respectueusement Bernard, cet Être totalement Véridique, qui lorsque j’évoque avec lui mes irritations sur le monde actuel, me répond avec sagesse et douceur : Et oui, mon cher Alain : quelle misère !  Mais ce n’est malheureusement pas fini ! C’est simplement la vie humaine, et c’est cette constatation qui doit faire vibrer le chercheur, pour trouver ce que j’appelais petit : « le Paradis » et que j’appelle maintenant simplement : la Vie, avec un grand V : QUELLE MERVEILLE !

Puisses-tu cher lecteur aller avec passion à la recherche de cette merveille.