• images
  • 10 h 22 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Mon état: l’état ultime est ainsi: Vous ne pouvez pas le décrire!

 nisar

 

Nisargadatta répondit alors:

« Finalement votre argumentation aboutit à ceci : vous ne pouvez pas le saisir en échafaudant des concepts, vous vous sentez impuissants : c’est tout de ce dont il s’agit !”

 

Vous voulez le capturer par des concepts, associer certains mots et dire : « c’est ça ! » et c’est l’échec, car vous ne pouvez qu’échouer.

« Mon état, l’état ULTIME est ainsi, vous ne pouvez pas le décrire, il est toujours libre de tout univers. »

 « Il n’existe absolument aucune différence entre moi et les autres, excepté que je me connais tel que je suis : je suis tout et contrairement à vous j’en ai la certitude.

En réalité je n’entends ni ne réponds.

Dans le monde des événements la question arrive : la réponse arrive ; rien ne m’arrive : tout arrive c’est tout.

Dès ma naissance ma destinée fût d’être un homme simple, de scolarité élémentaire, un modeste commerçant. Ma vie fut ordinaire avec des désirs et des peurs.

Lorsque par la FOI EN MON MAITRE et l’obéissance à ses paroles, j’ai réalisé mon ETRE VERITABLE, j’ai laissé derrière moi ma nature humaine prendre soin d’elle-même jusque sa destinée soit accomplie.
Occasionnellement il se produit une ancienne réaction émotionnelle ou mentale, mais elle est immédiatement remarquée et écartée.
Après tout, tant qu’on est encombré d’une personnalité, on est exposé à ses particularités et à ses habitudes

Quand j’ai rencontré mon guru, il m’a dit : « Vous n’êtes pas ce que vous croyez être ! Découvrez ce que vous êtes, observez le sentiment JE SUIS, découvrez votre véritable SOI.

Comme j’avais confiance en lui, je lui ai obéi, j’ai fait ce qu’il m’a dit. Je passais tout mon temps disponible à me contempler intérieurement en silence.

J’ai obéi à ce qu’il m’a dit, j’ai fait ce qu’il fallait

Quelle différence ! Et en si peu de temps !

Il ne me fallut que trois ans pour réaliser ma VRAIE NATURE. Mon guru est mort peu de temps après notre rencontre, mais cela ne changea rien : je me souvenais de ce qu’il m’avait dit et je persévérais : LE FRUIT EST ICI AVEC MOI.

 Extraits d’enregistrements divers.