• images
  • 15 h 06 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Rien n’a jamais été créé nulle part à aucune époque, et rien non plus ne s’achève! (Yoga Vasistha 3)

d234-tmpcreation

Cette troisième partie du Yoga Vasistha aborde le grand problème de la création pour lequel les principales religions du monde ont émis un mythe fondateur. Pour les Chrétiens par exemple, le monde a été créé en 6 jours et Dieu s’est reposé le septième.
D’emblée ce texte échappe en revanche à toute volonté de décrire une histoire et nous mène à des sommets métaphysiques qui sont le moins que l’on puisse dire : « décapants », voire « dérangeants ».

Le titre de cet article en donne un aperçu mais le texte est bourré de paradoxes et finalement renvoie constamment aux illusions de notre mental et au fond à la seule validité du SOI.

A plusieurs reprises cette image est donnée que : «  Un ornement ne diffère en rien de l’or dont il est fait », nous invitant ainsi à toujours retourner à l’essentiel, à la BASE comme dirait Bernard.

Le malaise et l’incompréhension peuvent survenir, lorsque le texte nous renvoie constamment à l’illusion du monde et cela peut nous mettre en colère nous qui pourtant avons si bien l’impression qu’il est réel avec tous les soucis et les joies qu’il nous apporte.C’est pourquoi d’ailleurs pour ne pas trop choquer le chercheur dans la vérité de ses ressentis, Bernard préfère parler de « provisoire » plutôt que « d’illusoire », car comme il le dit souvent : comment dire à quelqu’un qui vient de perdre son enfant que cela est illusoire ?

Si les gens ne sont pas prêts, les hauteurs métaphysiques de ces textes peuvent en effet apparaître comme des provocations perverses à l’humanité qui souffre.

Mais le texte lui-même soulève le problème en disant qu’il ne s’agit pas de simplement nier le monde par la parole( ce que malheureusement font beaucoup de gens qui s’arrêtent à une lecture intellectuelle des textes et qui les recrachent comme des perroquets), mais qu’il faut Réaliser( donc par intégration progressive de ces hautes vérités) que ce monde dans son apparente diversité n’est que pure conscience ou pur Soi.

Le texte remet même en question son existence en tant que texte en disant :

« Tant que les mots serviront à exposer une vérité, la dualité est inévitable, mais cette dualité n’est pas la vérité.

UNE FOIS LA VÉRITÉ CONNUE, CESSENT TOUTES LES DESCRIPTIONS ET SEUL DEMEURE LE SILENCE ! »

Puissions nous avec respect et discernement pénétrer dans la hauteur et la densité de ces textes sans faire de jugement hâtif, mais en s’imprégnant de leur essence afin de fusionner dans le Soi.

Lors de l’un de nos échanges Bernard m’avait fait entrevoir un jour avec quel respect il fallait rentrer dans les dires parfois provocateurs d’un Être Réalisé. Et il avait pris cet exemple de la fameuse phrase que disait souvent Ramana « Est ce que le monde existe quand vous êtes dans le sommeil profond ? ». Cette phrase est censée chez un chercheur véritable , provoquer un choc bénéfique au-delà de toute rationalité, mais chez des personnes très rationnelles elles vont immédiatement rétorquer : « cette phrase est stupide, bien sûr que le monde existe quand on dort puisque d’autres peuvent le voir, le sommeil n’est qu’une interruption provisoire de la conscience du monde » . Ce faisant le chercheur trop rationnel passe totalement à côté de la puissance transformatrice de la phrase de Ramana qui va être efficace si l’on se branche sur son ressenti intuitif et profond plutôt que sur sa raison.

Prenons donc soin de ne pas ergoter trop vite avec ce genre de texte et de le laisser infuser peu à peu en s’ouvrant à notre ressenti et à notre cœur.

___________________________________________________________

Je vais maintenant te présenter la création et son secret. Car la servitude ne dure que tant que l’on revêt de réalité l’objet que l’on perçoit.Dès que l’on cesse de le faire, l’asservissement prend aussitôt fin.

Le Soi infini conçoit en son sein la dualité de soi-même et de l’autre.Pour cette raison le mental se soulève comme une vague quand la surface de l’océan tranquille se trouve agitée.

Mais je t’en prie, garde bien présent à l’esprit que, de la même façon qu’un bracelet en or n’est que de l’or(si l’or existe sans être bracelet, un bracelet en revanche ne saurait exister sans l’or)les qualités et la nature des choses créées ainsi que la potentialité de la création sont inhérentes au créateur.

Le mental n’est donc pas différent du Soi infini et n’a pas d’existence propre.

Ainsi que le mirage donne l’impression d’un fleuve très réel, cette création a l’air aussi tout à fait réelle.

Tant que l’on s’accroche à la réalité de «tu» et de «je», il n’y a pas de Réalisation.

Mais ce n’est pas simplement en la niant verbalement que cette idée d’existence se trouve oblitérée: au contraire une telle négation devient même une confusion supplémentaire.

(NDLR: ceci est une vive critique adressée à juste titre à ceux qui s’emparent de hautes vérités simplement avec des mots sans avoir expérimenté par soi-même la validité de ce qu’ils affirment; Cela rappelle cette fameuse histoire du disciple qui tout heureux d’avoir enfin compris l’enseignement de son maître vient vers lui enthousiaste en s’écriant: la douleur est une illusion totale et sur ce le maître lui écrase le pied et suite au hurlement du disciple déclare: «apparemment tu continues à dire n’importe quoi! »)

De même que l’essence existe en toute chose, comme l’huile existe dans les graines de sésame et l’arôme dans les fleurs, la faculté de la perception objective existe chez celui qui perçoit.De même que les objets du rêve sont connus du seul rêveur, les objets de perception ne sont connus que de celui qui perçoit.Exactement comme le germe de la graine se développe en temps voulu, cette potentialité devient manifeste en tant qu’idée de création.

La conscience est reflétée dans la conscience et le reflet s’arroge une indépendance. Cette existence supposée n’est pas réelle.

Ainsi le Créateur (des histoires saintes) bien que dénué de corps paraît en posséder un

Ainsi le Créateur semble naître alors qu’il n’en est rien. Il est l’intelligence qui soutient l’univers tout entier, et la moindre pensée qui s’élève dans cette intelligence donne naissance à une forme.Toutes ces formes sont de la nature de la pure intelligence et pourtant du fait de l’oubli du Soi et de la pensée des formes physiques, elles se solidifient en formes physiques.
Toutefois le Créateur n’est pas le jouet de pareille illusion, il est de nature spirituelle, non tangible et semblablement sa création est spirituelle dans son essence; CETTE CRÉATION EST DÉNUÉE DE CAUSE. Elle est donc tout autant essentiellement spirituelle que l’être suprême: Brahman. La matérialité de la création fait penser aux châteaux en Espagne, projections illusoires de notre mental, elle est fictive et imaginaire.

Le Créateur est le mental, l’esprit ou pure intelligence est son corps.
On dit de l’espace que c’est un néant vide et inerte mais Le mental est lui aussi un néant vide.

Que le mental soit réel ou irréel, il est cela qui est appréhendé dans les objets de perception. Rama , la pensée est du mental et il n’y a pas de distinction entre les deux.

Le Soi revêtu du corps spirituel porte le nom de mental. C’est lui qui provoque l’existence du corps matériel et physique.

Un ornement ne diffère en rien de l’or dont il est fait. L’univers tout entier lui aussi est à jamais de la même nature que la conscience qui loge en chaque atome. Ainsi qu’un ornement existe potentiellement dans l’or, l’objet existe dans le sujet.

Mais quand cette idée de l’objet est fermement rejetée et retirée du sujet, alors la Conscience seule existe.

En réalité ni l’univers objectif, ni le soi qui perçoit, ni la perception en tant que telle, ni le vide ni l’inerte n’existent: SEUL EST LE UN,LA CONSCIENCE.

C’est en elle que le mental fait apparaître la diversité, les différentes actions et expériences, l’idée d’asservissement et même le désir de libération.

Le Soi, ou Seigneur suprême ou éternel ou non-né resplendit de son propre éclat:Il dépasse l’entendement et la description, même s’il est connu sous divers noms.

N’oublie pas que ces noms représentent des points de vue et non point la vérité.

Il est et cependant n’est pas connu du monde, il est aussi à l’intérieur du corps et pourtant il est loin. De Lui sont issus des mondes infinis à la façon dont des ondulations plissent la surface de l’océan; Il est la lumière dans laquelle brillent le Soi et le monde. Il confère à chaque chose créée sa nature spécifique. En Lui les mondes apparaissent et disparaissent. Sa forme (le monde) peut s’évanouir mais il demeure inchangé. Il est présent en tout, il est caché et pourtant il déborde.

Ce Soi suprême ô Rama ne peut se réaliser qu’au moyen de la sagesse et certainement pas en s’adonnant à des pratiques religieuses.

Ce Soi ne se trouve ni près, ni loin.

Il n’est ni inaccessible, ni en un pays lointain; Il est ce qui en l’homme paraît être l’expérience de la félicité, et il se Réalise donc en lui.

L’ascétisme, la pénitence, la charité et l’observance des vœux religieux ne conduisent nullement à sa Réalisation.

Rama demanda: « Comment pouvons nous Réaliser le Soi et réaliser l’irréalité de l’univers que nous en sommes venus à juger comme réel?

Vasistha répondit; «Le Seigneur ne peut être Réalisé que si l’on est établi dans l’irréalité de l’univers, avec la même conviction que l’on est persuadé de l’irréalité du bleu du ciel. Le dualisme présuppose l’unité, et le non-dualisme fait naître l’idée du dualisme.

Le seigneur n’est Réalisé que lorsque la création est reconnue comme absolument inexistante.

Ce monde n’a jamais pris naissance et pourtant il donne l’impression d’être.

La vérité est que ce monde ne surgit pas de l’Absolu, ni ne se fond en Lui.

SEUL L’ABSOLU EXISTE MAINTENANT ET A JAMAIS.

Il est immatériel mais brille de sa propre clarté, il n’est ni inerte, ni obscur.

Cet Absolu ne peut être ni Réalisé ni connu par un autre: seul l’Absolu peut se Réaliser lui-même.

(NDLR : Cela rejoint d’une manière inouïe ce que dit Bernard sur la Réalisation : ce n’est pas l’Individu qui Réalise mais la conscience que j’en ai, l’état témoin, le Soi Réalise le Soi en quelque sorte)

L’infini émerge de l’infini et existe en lui en tant qu’infini. Voilà pourquoi le monde n’a jamais vraiment été créé-il est le même que Celui d’où il émerge.

Quand l’idée du moi est détruite par privation du combustible fourni par le mental, cela qui est: est l’infini.

Il n’existe pas de «chose» appelée le monde, indépendante de Brahman l’Absolu.

La création du monde n’a pas de cause et n’a donc pas ,eu de commencement. Il n’existe pas, même en ce moment, comment peut-il arriver à être détruit?

Rama: «Mais grand saint s’il en est ainsi, comment se fait-il que ce monde ait acquis un tel aspect de Réalité?

Vasistha:Tant qu’il est quelqu’un qui ,perçoit, ce qui est perçu existe et vice-versa et il n’y a Réalisation que lorsque les deux prennent fin.

(NDLR : Là encore cela rejoint un échange que j’ai eu avec Bernard dans lequel il essayait avec des mots de me décrire sa Réalisation et où il m’a dit : « le plus approchant que je puisse te dire : la Réalisation c’est quand le spectacle et le spectateur tombent ensemble et qu’il ne reste rien que ce qui a permis qu’il y ait eu cela : LA VIE TOUT COURT, LE SOI C’EST ALORS « TOI » d’où jaillit la vie particulière. »)

S’il existe un miroir à la surface propre et nette, il reflète constamment une chose ou une autre: de la même façon chez celui qui voit, cette création se lèvera à maintes reprises. Toutefois si la non-existence de la création est réalisée, alors celui qui voit cesse d’être!

Mais pareille Réalisation n’est pas facile à obtenir!

Les cinq éléments figurent la semence dont le monde est l’arbre et l’éternelle Conscience est la semence des éléments. Le fruit(en l’occurrence l’arbre) est de même nature que la semence. Le monde n’est donc rien d’autre que Brahman l’Absolu.

C’est ainsi que, comme par magie, l’univers a été forgé dans l’espace cosmique par la Conscience cosmique( Le Soi)avec ses propres facultés infinies ; il n’est pas plus réel qu’il n’a été vraiment créé !

Bien que ces éléments se soient combinés entre eux pour créer l’apparente matérialité du monde,au vrai tout cela n’est en fait qu’apparence, comme les formes vues dans l’espace.. Elles doivent leur réalité à leur substrat : la Conscience cosmique(le Soi) qui seul est réelle.

Rama je vais maintenant t’expliquer comment le Jiva(l’âme individuelle, l’être humain en fait) est venu loger en ce corps :

De même que l’on peut rêver que l’on est mort et que l’on possède un autre corps, ce jiva doté en vérité d ‘un corps des plus subtils fait de Conscience pure, commence maintenant à s’identifier à ce qui est grossier et devient donc de ce fait grossier.

Une montagne reflétée dans un miroir donne l’impression de se trouver à l’intérieur de celui-ci. Semblablement le jiva reflète les objets et activités du dehors et ne tarde pas à se dire qu’ils sont tous en lui, et qu’il est l’acteur des actes et l’expérimentateur des expériences.

Ainsi reposant dans l’irréel qui paraît cependant réel, L’Absolu Brahman qui semble maintenant être le jiva semble dérouté.

Ce même Brahman, qui en est venu à se prendre pour un jiva limité, perçoit le monde extérieur, lequel du fait du voile de l’ignorance, semble constitué de matière. Le jiva s’imagine être ainsi ceci ou cela et se lie du même coup à l’illusion de l’apparence du monde.

Mais tout cela n’est que mental. Même maintenant rien n’a jamais été créé seul existe le pur espace infini(le Soi)

Lorsque l’Absolu « pense » (ce qui est impropre et une façon de parler)qu’il est un jiva, la nature de jiva se manifeste.

Ainsi qu’un rêveur semble créer diverses créatures en lui (sans jamais abandonner sa propre réalité)sous l’effet d’une simple pensée ou de sa volonté l’Absolu donne le jour à ces innombrables créatures, sans pour autant jamais subir ni diminution, ni modification.

Même Brahma le soi-disant Créateur n’est encore qu’une forme pensée dans cette Conscience cosmique(le Soi).

Au fond jiva n’est qu’un nom : il n’existe que le Soi et rien d’autre.L’unique n’apparaît divers que du fait de l’ignorance.

Les changements dans l’immuable sont imaginés par des gens ignorants, mais dans la vision des Êtres Réalisés, aucun changement d’aucune sorte n’est advenu dans la Conscience(le Soi)

LE SOI seul s’est déployé en tant qu’espace sans que ne se produise en lui la moindre modification

(NDLR :Cela rappelle le titre d’un livre de Poonja : « il ne s’est jamais rien passé ! »)

Puisque, quel que soit le moment considéré, seul le Soi existe, il est possible de dire que l’espace existe et n’existe pas, que le monde existe et n’existe pas.Nous pouvons donc dire de l’univers qu’il est à la fois réel et irréel!(réel du fait de la réalité du Soi qui est sa propre réalité et irréel parce que l’univers n’existe pas en tant qu’univers affranchi de la Conscience(du Soi).

Cette Conscience(ce Soi) ne possède ni parties, ni membres. En elle les montagnes, les océans, la terre, les fleuves etc n’existent pas en tant que tels, mais seulement en tant que Conscience.

Ce monde donne l’impression d’être matériel alors qu’en réalité il est pure Conscience.Seule une connaissance fondée sur l’ignorance s’accroche à l’idée d’un monde.

La libération est la prise de conscience de l’absolue non-existence de l’univers en tant que tel.

Ce n’est pas la même chose qu’une simple négation de l’existence de l’ego et de l’univers!Cette dernière n’est qu’une moitié de connaissance. La libération c’est réaliser que tout cela est pure Conscience.

Ô Rama si tu pratiques correctement , ton mental sera définitivement lavé de toute croyance en la réalité de ce qui est perçu. Au vrai si l’on ne peut enlever que ce qui est véritable, comment enlever ce qui est irréel ?

Il n’y a rien à enlever car tout ce qui paraît être à tes yeux n’est que le Soi infini.

De même qu’un homme pris du mal de mer voit le monde tourner, l’ignorant pense que les qualités demeurent dans les objets.

L’homme est tiraillé entre deux directions, la Réalisation du Soi Absolu et l’ignorance qui lui fait accepter la réalité du monde.

L’univers en tant que tel n’est pas la conscience infinie, de même que le bracelet est fait en or, mais l’or n’est pas fait en bracelet

(NDLR : cette remarque qui apparaît à plusieurs reprises au cours du livre sous une forme ou sous une autre met fin de suite et avec brio et simplicité à l’accusation de « panthéisme » souvent attribuée à tort par les chrétiens à la pensée hindoue…et la suite du texte enfonce le clou!)

Ainsi que dans une mer calme les vagues existent à l’état latent, le monde existe à l’état latent dans la Conscience infinie(le Soi) et ce monde est appelé sa création. Le mot « création » n’a nulle autre connotation.

AUCUNE CRÉATION N’A LIEU DANS LA CONSCIENCE INFINIE, OU LE SOI, ET LE SOI N’EST NULLEMENT IMPLIQUE DANS LA CRÉATION ; ILS N’ENTRETIENNENT NULLEMENT ENTRE EUX UN RAPPORT DE SÉPARATION.

Quand il y a idée de création, la création donne l’impression d’être et quand grâce à une certaine pratique assidue il y a compréhension de la non- création, il n’y a pas de monde.

Rien n’a jamais été créé nulle part à aucune époque : et rien non plus jamais ne s’achève !

Dès que l’homme refuse les notions de « je » et du monde, il est libéré.L’idée de « je suis ceci » est le seul asservissement. Ceux qui ont connaissance du Soi comme substrat sans nom et sans forme de l’univers peuvent vaincre le samsara(ronde des naissances et des morts)

Le seul remède qui permette de se débarrasser de ce samsara ou semblant du monde, est la sagesse ou connaissance de soi. Seule la connaissance peut rectifier l’erreur qui fait voir un serpent dans la corde.

Là où règne la connaissance, il n’y a pas de dualité.

UNE FOIS LA VÉRITÉ CONNUE, CESSENT TOUTES LES DESCRIPTIONS ET SEUL DEMEURE LE SILENCE.

ALORS TU TE RENDRAS COMPTE ,RAMA, QU’IL N’EST QUE L’UN , SANS COMMENCEMENT, NI FIN.MAIS TANT QUE LES MOTS SERVIRONT A EXPOSER UNE VÉRITÉ, LA DUALITÉ EST INÉVITABLE, MAIS CETTE DUALITÉ N’EST PAS LA VÉRITÉ.

Ce n’est qu’à fin d’instruire que le dualisme est accepté à titre provisoire, sinon il n’y a aucune instruction possible.

(NDLR : cela me renvoie à des échanges intenses avec Bernard qui me disait qu’au fond un Être Réalisé n’a plus rien à dire et il ne le fait que par compassion pour ceux à qui il s’adresse et qui ont encore besoin des mots pour progresser dans leur recherche)

En fait le seul facteur sur lequel il faut exercer sa pratique est le mental. Car lorsque nous nous interrogeons sur la nature du mental, nous nous apercevons que tous les objets créés ou toutes les apparences sont ses créations.

Seul le Soi demeure en tant que non- création du mental.

Observé dans le tréfonds, le mental est absorbé dans son substrat et quand il est absorbé de la sorte, règne la félicité suprême. Quand le mental se désintègre ainsi, advient la Réalisation et il n’y a plus renaissance, car c’était le mental seul qui paraissait naître et mourir.

Il n’existe nulle autre voie de salut que le travail sur le mental, et ce travail fait appel aux propres efforts de l’être humain.

Cesse de t’en remettre au destin ou aux soi-disant dieux créés par des esprits obtus et, par tes efforts personnels et la connaissance de soi ainsi obtenue, fais du mental un néant de mental. Laisse le Soi avaler pour ainsi dire, le mental fini et, alors, transcende toute chose.

Ton intelligence fusionnant au suprême, cramponne toi au Soi qui est impérissable.

Quand le mental est ainsi absorbé, règne la paix suprême.

Au bout du compte tu débarrasseras même ton mental des concepts d’asservissement et de libération.

Tu n’es en fait l’auteur d’aucune action, Rama : pourquoi donc endosser ce rôle ?

Quand seul le Soi existe, qui fait quoi et comment ?

Ne deviens pas inactif pour autant, car que gagne- t-on à ne rien faire ?. Par conséquent demeure dans le Soi. Même en accomplissant toutes les actions qui te sont naturelles, si tu n’es pas attaché à elles, tu es vraiment le non-auteur.

Ô Rama , de même que l’obscurité disparaît en se tournant vers la lumière, l’ignorance se dissipe si tu te tournes vers la clarté du Soi ;
Tant que ne se manifeste pas un naturel et ardent désir du Soi, cette ignorance(ou conditionnement mental) produit un flux sans fin d’apparence du monde.

IL N’EST RIEN EN DEHORS DU SOI QU’IL VAILLE LA PEINE DE CONNAÎTRE ET DE DÉSIRER. CE SOI NE SUBIT AUCUN CHANGEMENT ET NE MEURT PAS.

QUAND LA CRUCHE SE CASSE,L ‘ESPACE QU’ELLE CONTIENT N’EST PAS BRISE !

IL N’EST NUL DÉSIR DANS LE SOI : LE MONDE APPARAÎT EN SON SEIN SANS LE MOINDRE SOUHAIT, NI LA MOINDRE INTENTION DE SA PART.

AINSI Ô RAMA ,J’ESPÈRE AVOIR DISSIPE EN TOI PAR MES DIRES, LA FAUSSE NOTION D’UNE CRÉATION ET DE SON EXISTENCE ;

PUISSE TA CONSCIENCE ÊTRE DEVENUE PURE ET EXEMPTE DE DUALITÉ !

NB : Je me suis permis d’alléger et réduire considérablement le texte tout en préservant je l’espère l’essentiel.Le Yoga Vasistha est d’une ampleur considérable( près de 30000 versets), j’ai désiré le rendre accessible aux chercheurs qui n’ont pas nécessairement le temps ni la possibilité de le lire : pour ce long travail j’ai utilisé:la magnifique édition de SWAMI VENKATESANANDA parue aux éditions INNERQUEST , qui est à ce jour l’édition la plus complète en Français(Octobre 2016.)Elle comporte près de 800 pages!