• images
  • 16 h 22 min
  • images
  • Pas de commentaire.

La Présence nourrit, les concepts et les dogmes dessèchent!

Je suis tombé par hasard sur ce texte de Fabrice Midal, avec qui j’avais eu, lors d’un colloque Bouddhiste, des échanges fructueux. Je ne suis pas étonné vu la qualité de nos échanges de trouver, quelques années après, ce texte, qui résonne autant en moi, et qui résume bien mon expérience dans les milieux spirituels. Je livre ce texte à votre réflexion :

« Pendant longtemps, bouleversé par la découverte du bouddhisme, je suis allé écouter les divers maîtres tibétains lors de leur visite à Paris. Après une de ces soirées d’enseignement, de retour chez moi, j’ai écouté l’une des dernières sonates de Schubert. Le contraste entre l’expérience de Présence que j’éprouvais alors et celle, si terne, que je venais de vivre me surprit.J’ai reconnu l’évidence, si étrange qu’elle soit : je rencontre le Bouddha bien plus directement en écoutant un morceau de musique qu’en suivant le énième enseignement sur la vacuité et la compassion. Je pris alors la décision d’aller écouter de temps à autre un concert et d’arrêter de me forcer à aller écouter ces discours formatés à l’identique.Non que ce discours bouddhiste commun invitant à trouver le bonheur, à découvrir l’inexistence du moi, à reconnaître la véritable nature de notre esprit, et à comprendre la vacuité soit faux, mais à ne jamais se risquer, il nous reste étranger.Quand les premiers tibétains vinrent en Occident, leur Présence fulgurante libérait sur-le-champ de toute inquiétude et peu importe ce qu’ils pouvaient dire. TOUT EN EUX PARLAIT. Mais à force de répéter les mêmes propos sans vraiment les habiter, leurs successeurs ont fini par les émousser, ils en ont fait une vérité fixée dans son principe, qu’il suffit de monnayer dans le détail pour la distribuer ensuite partout.
La révélation de la Présence nue, en son surgissement qui vient faire effraction, comme peut le faire l’écoute d’un magnifique morceau de musique, est ainsi perdue. C’est elle portant que transmet le Bouddha ! »

Passage du livre de Fabrice Midal : risquer la liberté (points essais)

 

Ce texte me ramène 9 ans en arrière lors de ma rencontre avec Bernard, qui fut fulgurante, et qui en un instant me fit abandonner les structures Bouddhistes. Ce souffle de liberté immense venait en effet de cette PRÉSENCE, qui émanait de Bernard et c’est vrai que les quelques heures passées ensemble, furent déterminantes pour ma vie.Mais ce ne sont pas les paroles que nous échangeâmes qui restèrent gravées, car je ne m’en souviens de quasiment aucune, mais cette Présence au-delà et malgré les mots. Cette Présence que l’on peut nommer Amour, ne résulte en rien de l’accumulation de savoirs, fussent-ils profonds et savants.Beaucoup d’universitaires et de « conférenciers d’internet » ont probablement plus de connaissances sur le Vedanta que Bernard, mais quelle est leur capacité de transformation et de « réveil » ?

Nombre de chercheurs ont transposé dans le domaine spirituel cette frénésie de l’Avoir, que l’on appelle à juste titre : « le matérialisme spirituel ». On passe de guru en guru, de stage en stage, de session en session, de site en site, escomptant retirer à chaque fois une quantité considérable de bienfaits qui enrichissent notre patrimoine affectif et intellectuel et évidemment on se lasse bien vite car on n’obtient jamais ce que l’on désire (fort heureusement d’ailleurs).C’est la même chose avec les couples que l’on reforme à chaque fois pensant que l’on a trouvé la perle rare.Il y a un vice profond de pensée dans cette attitude qui ne peut mener qu’au désarroi et à la dépression.

Le véritable enseignant spirituel n’a rien à nous donner que nous n’ayons déjà : il ne fait que réveiller et révéler la formidable quantité d’Amour et de Présence qui réside dans notre cœur, et que nous avons laissé étouffer, sous nos concepts, nos attentes de toutes sortes.Jamais on ne peut être alourdi par l’Amour véritable.

Les enseignants dont parle Fabrice Midal et qui sont légion, sont passés progressivement, et probablement sans malice aucune, (malgré eux si je puis dire…) de la qualité de la Présence qui régénère à l’émission de dogmes, concepts, règles, méthodes et recettes en tous genres qui alourdissent et dessèchent !Parce qu’au fond, n’ayant pu Réaliser ce trésor qui est au fond d’eux-mêmes, ils se considèrent comme n’étant pas à la hauteur et pensent compenser le manque à être par une accumulation de connaissances de toutes sortes.

Mais gardons notre discernement par rapport à ce texte qui comme toute vérité peut être récupérée par des gens complaisants avec eux-mêmes. Ne tombons pas dans l’excès inverse qui serait de dire : « moi maintenant ma recherche cela va être d’écouter Schubert, ou Jimi Hendrix (selon les goûts !). Ou cela va être de faire des siestes fréquentes qui me font entrevoir plus Bouddha que tous les exercices de yoga de la terre !

Chacun doit savoir en conscience au fond de lui-même ce qui le rapproche du réveil de sa léthargie constitutive, et comme je l’ai dit souvent et Bernard le répète à qui veut l’entendre, ce qui compte c’est d’être un « chercheur », d’avoir sa détermination, son énergie et sa détermination, mais les outils pour chacun sont à déterminer en fonction de son conditionnement particulier. Arrêtons de vouloir trouver des recettes toutes faites, planifiées par des super gurus, qui ne cherchent souvent qu’à asseoir leur pouvoir de reconnaissance. Redécouvrons l’Être au-delà de l’Avoir.

Le véritable ami spirituel paradoxalement va nous laisser face à notre vide, et de la sorte ceux qui attendent quelque chose « en plus » vont être déçus.Si l’on reste au niveau de l’Avoir (et la majorité des pratiquants sont encore à ce niveau) il va y avoir le « pschitt du début » comme je l’appelle familièrement, et puis ensuite, on va trouver plein de choses à redire et on va passer à un autre enseignant censé nous apporter quelque chose de plus.

Le véritable enseignant spirituel s’il nous déçoit au niveau de l’avoir, va en revanche nous combler au niveau de l’Être, et même si rapidement nos vieux réflexes d’accumulation reprennent le dessus, on aura entrevu suffisamment de temps que cette plénitude ressentie près de lui, n’était en fait que le reflet en miroir de notre propre plénitude, encore obscurcie. Et la recherche n’est rien d’autre que ce cheminement passionné et amoureux pour recontacter ce trésor enfoui et révélé lors de la rencontre.C’est la même chose avec une histoire d’Amour, l’Être aimé en un instant nous subjugue parce qu’il nous révèle l’Amour, non pas seulement celui qui est en lui (comme si nous étions totalement dépossédés de tout et que lui seul puisse nous nourrir) mais aussi et surtout celui qui est en nous-mêmes et qui ne demande qu’à grandir.Et c’est de l’apprivoisement des peurs réciproques, que peu à peu se met en place un amour grandissant que l’on ne connaitrait jamais si on changeait de partenaire à chaque épreuve de « manque ».C’est grâce au manque, grâce à la suite des insatisfactions superficielles ressenties, que l’on peut s’aventurer plus loin dans les merveilleux territoires de l’Être.

Un point important me reste à soulever qui met un bémol sur la responsabilité des enseignants. Certains sont nuls, vénaux et ils ne m’intéressent pas. D’autres en revanche sont profondément honnêtes et comme je le disais plus haut, sont passés malgré eux de la qualité de la Présence à l’émission des règles et dogmes desséchants.Mais cela a une cause qui est le problème de la TRANSMISSION.Chaque enseignant, chaque école, chaque parent a envie de transmettre au mieux à ceux qu’il aime l’expérience accumulée en essayant d’éviter le plus possible les catastrophes qui peuvent l’être.

J’imagine les premiers chrétiens ou bouddhistes encore sous le charme fulgurant de la Présence de leur enseignant qui se disent : « comment structurer cela pour que ça profite aux autres ? ». Question éternelle !J’y ai énormément réfléchi puisque j’y ai été confronté plus de 20 ans dans le zen. Ma réponse fut donnée par mon départ : Il n’y a à mon sens pas de transmission possible, si ce n’est une transmission artificielle, frelatée, formaliste, qui ne sert qu’à rassurer les maîtres sur la pérennité de leur enseignement et à gonfler un peu plus l’ego de disciples en mal de reconnaissance.

La transmission ne peut être que témoignage : d’ailleurs Bernard le dit souvent : « je n’ai aucun enseignement à vous donner mais je témoigne ».
Moi-même l’ayant rencontré, me suis beaucoup posé de questions sur la nécessité même de ce site, afin qu’il ne soit pas un réservoir de dogmes en plus : non c’est simplement un témoignage : celui de Bernard et celui d’un homme qui l’a rencontré et de suite aimé.

La véritable transmission est de cœur à cœur et c’est un défi permanent :

On donne ce que l’on a à donner par sa Présence et ce qui émane de notre Être, et le reste ne nous appartient en aucune manière : soit l’autre le fait fructifier s’il le peut, soit il le dilapide, mais aucune règle si élaborée soit-elle ne pourra garantir que le fruit fructifiera en l’autre.

C’EST LE PARI RISQUÉ DE L’AMOUR : LE SEUL QUI M’IMPORTE ! CAR COMME LE DIT SI BIEN FABRICE MIDAL DANS SON TEXTE : « À NE JAMAIS SE RISQUER, ON RESTE ÉTRANGER ! »