• images
  • 7 h 59 min
  • images
  • Pas de commentaire.

Témoignage ultime partie 10 : Importance de témoigner en dehors des approches “New Age”

 

Fin janvier 2020 Bernard dans un de ses messages m’annonçait que lors de ma prochaine visite, il en profiterait pour accorder un dernier témoignage public, avec trois autres chercheurs très proches, dont il voulait bien qu’il soit filmé, afin que le film soit vu par les chercheurs sincères qui le désireraient. Et il ajoutait :

« Le samedi premier Février 2020,ce sera mon dernier témoignage public …

Pourquoi ? J’ai tout dit sur mon cheminement, ma Passion, et mon expérience du But ultime…Pourquoi continuer de répéter sans cesse les mêmes paroles ?Je ne suis ni un Guru, ni un conférencier, heureusement ! Témoigner n’est pas un métier mais un geste d’Amour et je l’ai accompli avec tout mon Amour parce que je vous Aime ! Pour achever mon Témoignage et parce que j’ai entendu des horreurs sur YouTube en voulant rechercher des petits films ou vidéos sur RAMANA et NISARGADATTA, je voulais préciser encore une fois et j’espère avec des mots nouveaux certaines particularités de la recherche que certains “éveillés” salissent au quotidien…Ils n’ont pour excuse que leur ignorance et devraient se taire car le chemin vers la RÉALISATION, et non l’éveil , est quelque chose de très sérieux…Le But ultime de notre recherche est une Merveille que j’essaie depuis plus de 20 ans de décrire au mieux mais nos pauvres mots restent impuissants et c’est finalement normal »

Ce témoignage a donc eu lieu le Premier Février 2020 en présence seulement de 4 chercheurs très proches de Bernard . Il sera donc en partie monté sur un film par deux d’entre eux spécialisés en cette matière, et de mon côté je tenais à en faire partager l’essentiel sur ce site dédié à Bernard. Ce témoignage avec ces 4 chercheurs qui seront nommés dans le texte C1, C2, C3, C4, s’est déroulé sur plusieurs heures et sera pour la commodité du lecteur expurgé des points trop intimes et partagé en plusieurs parties numérotées regroupées sous un thème.
Il va sans dire que ces textes ont été soumis avant parution à Bernard et qu’il les a approuvés vivement en disant justement à quel point ce pouvait être un trésor pour certains chercheurs.Bernard a également fortement insisté et je me dois de le signaler, sur le fait :QU’EN AUCUN CAS TOUTES LES PAROLES EXPRIMÉES PAR LUI N’ÉTAIENT : « UN ENSEIGNEMENT ».
Je sais d’ailleurs depuis que je le connais à quel point il a horreur de ce mot, qui évoque tant pour lui toutes les contraintes qui ont été imposées aux chercheurs. Il pense à juste titre et surtout à notre époque, qu’un bon nombre des interventions et des écrits sur la recherche spirituelle, est essentiellement produit pour convaincre et faire des adeptes. Il ne s’est jamais situé à ce niveau qui lui est intrinsèquement étranger et m’a toujours dit qu’il consentait à ce que je relate ses dires, à la condition de préciser qu’il s’agissait d’un TÉMOIGNAGE, qui en aucune façon n’avait pour but de convaincre qui que ce soit.

Étant moi-même proche de lui depuis pas mal d’années maintenant, je peux témoigner à mon tour que ceci est profondément vrai et j’ai souvent écrit à quel point j’avais éprouvé en sa présence un tel sentiment de respect et de liberté, sans me sentir à aucun moment aliéné à un mode de pensée quelconque Cette liberté extrême peut d’ailleurs décontenancer dans un premier temps car elle est vertigineuse et oblige le chercheur à se prendre totalement en charge.
Mais je dois ajouter que si aucun enseignement n’est donné, en revanche l’Amour lui, n’est même pas donné : il coule à flots ! De ce fait, que l’on s’en rende compte ou pas, ces paroles de témoignage sont un cadeau précieux de sa part, qui je l’espère sera entendu à sa juste valeur. De tout cœur et bonne lecture : Alain. 

_____________________________________

C2 : Bernard, j’ai bien aimé tout à l’heure quand on parlait du maître et que tu as dit : « Moi je ne suis pas un maître, je suis un témoin ! », j’ai trouvé que c’était joli et tu ne l’avais jamais dit comme ça.

Bernard : Mais non maître ça fait bizarre en fait ! …Silence…Au fait tu m’as posé une question ?

C2 : Ce n’est pas vraiment une question mais ça tourne autour de l’importance du témoignage et tu le dis souvent d’ailleurs : « Je ne peux que témoigner ! »

Bernard : Oui l’importance , c’est inévitable, on ne peut pas se taire, c’est trop, on ne peut pas garder ça quand même, ce serait trop. On peut certes garder certains secrets ( riant ) mais on ne peut pas garder ce trésor-là, non !
La nourriture du chercheur c’est d’être édifiée et il va l’être aussi et surtout par des témoignages de personnages qui ont vécu cela pleinement et puis qui ont envie aussi ( Mais envie pour rien bien sûr !) . Oui ça marche comme cela en fin de compte : on est obligés d’en parler de ça, les gens ne se doutent tellement pas que c’est mieux que même tout ce qu’ils pourraient imaginer sur les paradis et tout cela, en plus c’est sans besoin de croyances, sans conditions à remplir.

On peut même enlever tout cela, il n’y a pas de grand ni de petit là-dedans…

« La bonne longueur pour les jambes c’est quand les pieds touchent bien par terre ! » ( Coluche). Il n’y a pas de conditions à remplir et il n’y a que là, car partout ailleurs, même pour aller dans le zen je pense, il faut remplir certaines conditions. Enfin partout il y a toujours des conditions à remplir au fond . Là rien ! C’est tout de même formidable. Donc bien sûr le témoignage est important. Après il y en a pour tout le monde n’est ce pas! Tout le monde n’est pas pareil donc il y en a qui vont apprécier Saint Vincent de Paul et il y en a qui ne vont même pas y faire attention, mais ça ne fait rien, ils trouveront bien chaussure à leur pied comme on dit. L’essentiel est que l’on soit édifié et que notre âme vibre, c’est comme une note de musique, ou un solo de batterie pour ceux qui connaissent (Rires…Bernard fait de la batterie et il y en a d’ailleurs une dans la pièce !).

C1 : Ce serait donc une question de vibration alors ?

Bernard : Ah non,non et non, je ne veux pas rentrer dans les vibrations (Rire général car Bernard rit souvent du new -age), non mais faire vibrer l’âme tu vois ce que ça veut dire, il faut que ça vive quoi ! L’âme il ne faut pas qu’elle fasse du yoga il faut que ça pschitte . Pas de position du cadavre hein ! Sarvasana ou un truc comme cela, je ne m’en rappelle plus mais c’est vieux !

C4 : ( enfonçant le clou malicieusement) : Mais pourquoi refuses-tu le terme vibration ?

Bernard : Ah ben ça évidemment ! ( du style : ça m’aurait étonné !) ( Rire général !)

C4 : Eh bien non ! Parce que hier tu m’as dit quelque chose d’un peu semblable, par exemple tu m’as dit que les fées vibrent à telle fréquence.

Bernard : Mais attention une fée ça n’a rien à voir, là on est pas dans les fées !

C4( insistant) : Mais tout vibre !

Bernard : Oui ça c’est vrai, oui comme les ondes de radio !

C4 : Eh bien oui !  On est d’accord !

Bernard : Mais encore une fois les fées, elles font partie du monde-là, de la terre, ce n’est absolument pas surnaturel, et puis là je n’ai rien à en dire parce que je ne comprends pas moi-même pourquoi les gens ne les voient pas de toutes façons. C’est effectivement vibratoire et en 40 ans j’ai réussi à faire seulement deux photos, cela dépend de l’hygrométrie, il faut que ça soit bien humide mais pas trop. Quand il vient de pleuvoir et qu’il y a un arc en ciel, c’est là que j’ai réussi à faire la plus belle photo. Remarque j’en ai 3 et ça en revanche ça fait partie…mais on ne va pas rentrer là-dedans c’est un autre sujet…. Dans les bois aussi, quand tu vas dans un bois tu vois bien que tu n’es pas tout seul !

C4 : Oui !

Bernard : Eh bien Voilà !

C2 : Bernard d’ailleurs, ce que je constate c’est qu’il y a beaucoup de gens qui mélangent ce que l’on peut appeler le monde invisible qui est dans maya le monde manifesté, avec LA BASE et qui confondent oui, tout l’aspect énergétique du monde invisible avec la spiritualité, pour eux c’est la spiritualité. Il y a une très grosse confusion à cet endroit-là, enfin moi je trouve en tout cas, donc peux-tu nous parler de la différence entre le monde invisible, les vibrations et LA BASE.

Bernard : Justement je ne connais pas le monde invisible moi, c’est quoi ?

C2 : Moi ce que j’appelle le monde invisible : il y a des gens qui perçoivent plus ou moins les fées par exemple.

Bernard : Pour moi ce n’est pas le monde invisible cela, la fée fait partie intégrante de la nature, c’est le « petit peuple », mais il fait partie de la nature et je ne sais pas pourquoi tout le monde ne le voit pas, j’ai découvert très tard moi que les gens ne le voyaient pas. Pour toi quand tu les vois normalement il n’y a rien d’extraordinaire de toutes façons, mais ce n’est pas le monde invisible.

C2 : Oui il y en a qui perçoivent par exemple le champ énergétique, pour moi l’énergie ça fait partie de maya

C1 : Parlons des anges, des êtres de lumière

C2 : Oui voilà, par exemple !

Bernard : Les anges apparemment pour les gens, ne font pas partie de la terre…Quand on en parle, mais ce n’est pas intéressant pour nous, pour notre recherche

C2 : Disons qu’il y a quand même aujourd’hui beaucoup de gens qui mélangent ce que moi j’appelle la manifestation…

Bernard : Oui mais on mélange tout de toutes façons. J’ai même entendu un magnétiseur qui fait des tarots et on considère que c’est aussi de la recherche spirituelle

Emmanuelle : Oui c’est ça !

Bernard : Oui mais tout cela ne nous concerne pas, il y a des limites, il ne faut pas confondre quand même ! Tout ça c’est du Papus, de l’occulte

C4 : De l’ésotérisme

Bernard : De l’ésotérisme et ça n’a rien à voir. C’est ce que je me dis souvent quand je vois des trucs qui sont….

C2 : Oui mais comment pourrais-tu expliquer à ceux qui confondent que ça n’a rien à voir !

Bernard : Eh bien ! Moi je ne leur parlerais pas, je ne parle qu’au chercheur ! Ce ne sont pas des chercheurs pour moi, c’est tout à fait autre chose. C’est ce que je me disais justement l’autre jour en entendant un truc qui n’a rien à voir ! Je ne parle pas de la même chose et je ne veux pas témoigner de leurs trucs à eux, de tout ce que l’on voit maintenant, jusque la méditation de pleine conscience ( regardant C4) c’est ça ? Mais enfin ça on peut dire que c’est encore de la méditation bien que je ne sache pas ce que c’est, mais disons les tarots, tous ces trucs de maintenant, vous le savez mieux que moi. En fait tout ce qui existe maintenant avec une démarche…on peut même pas l’appeler spirituelle….

C4 : Moi personnellement je ne suis pas aussi sévère que toi là-dessus !

Bernard : Ce n’est pas sévère parce qu’en plus je n’y connais rien mais ce n’est pas le domaine quoi !

C4 : Non d’accord…Mais dans la mesure (on parlait des vibrations) où certains ont un mode d’approche de la réalité avec certains outils comme les scientifiques par exemple , il y en a d’autres qui sont sérieux aussi dans leur démarche mais qui sont plus intuitifs et qui vont avoir un chemin plus relié aux symboles etc.

Bernard : Oui, des chemins d’approche quoi, mais c’est bien !

C4 : Certains de ces gens peuvent être à la fois chercheurs et avoir certains outils mais sans en faire le fondement et le but de la recherche, et c’est là bien sûr où je te rejoins. Ce que je veux dire c’est que peut-être il peut exister des Êtres Réalisés qui ont pratiqué ces choses-là à un moment donné et qui ne sont pas complètement fous pour cela …

C1 : ( allant dans ce sens) : D’ailleurs tu vois qu’il y en a ici( faisant allusion à Bernard) (Rires)

C4 : Eh bien voilà ! Exactement ! C’est pour aller dans ce sens-là : tu parles bien effectivement de Maître Philippe. L’équivalent de ce dont parle C2, ça peut être des personnes qui sont comme ces gens-là, qui t’ont intéressé à un moment donné

C2 : Mais Bernard quand tu disais par exemple que tout à coup tu sentais des odeurs du monde subtil, ou que tu avais des informations sur quelqu’un, tout ça pour moi c’est ce que j’appelle….

Bernard : Oh ben oui mais alors ça ce sont des détails et ça ne sert à rien ! Cela égare le chercheur, et on va perdre du temps si l’on parle de ça.

C2 : Oui mais…

Bernard :Il vaut mieux parler comme on le fait des choses les plus importantes, d’être édifié et tout ça, après tu as des choses qui surviennent, des expériences que j’ai pu avoir, mais elles sont parties hein, tu vois c’est cela que tu veux dire( se tournant vers C2)

C2 : Oui c’est ça mais ce que je veux dire c’est qu’aujourd’hui il y a beaucoup de gens qui confondent( C4 approuve) ils croient que ces expériences c’est le but, et que peut être qu’en en parlant si tu faisais…

Bernard : Et bien il faut qu’ils lisent mieux, plus de choses sérieuses !

C2 : Oui mais toi est ce que tu pourrais témoigner que…

Bernard : Je ne fais que ça !

C2 :  Que ce n’est pas parce qu’il y a des choses subtiles ou énergétiques dans la manifestation que…

Bernard : Tout cela va avec la manifestation ! Le but c’est d’en sortir finalement

C2 : Mais Bernard est ce que tu pourrais expliquer cela ?

Bernard : Pourquoi l’approfondir pour mieux en sortir ?

C1 : C’est la question de l’expérience, de l’expérimentateur avec début et fin etc…Il me semble que c’est cela que tu veux aborder( à C2), que tout ce qui est de l’ordre de l’expérience n’est pas symptomatique de la Réalisation

C2 : Oui c’est une autre manière de dire, mais est-ce que tu pourrais, si tu le sens bien sûr, expliquer aux chercheurs qui vont voir le film, que tout cela ça peut peut-être exister mais que ça n’a rien à voir avec LA BASE et que ça fait partie de la manifestation.

Bernard : Pas plus que l’individu, quoi en fin de compte.

C2 : Voilà c’est ça !

Bernard : Ce sont les choses qui accompagnent l’individu dans le monde et ça fait partie de ce « Tout » là. Mais est-il bien nécessaire de rentrer dans chaque détail qui existe comme cela ? …. Silence … Pour moi non !

C2 : Ce n’est pas rentrer dans chaque détail, mais il y en a, ils pensent que c’est LA BASE

Bernard : Ils se trompent ! Il ne faut pas qu’ils se trompent ! il faut qu’ils cherchent mieux.

C2 riant : mais est-ce que tu pourrais leur parler de cela ? Non ?

C1 : C’est « Qui perçoit » quoi ?

Bernard : Non mais je ne vois pas ce qu’il faut dire. Moi je témoigne de ce que je vis et je crois que c’est déjà pas mal ! Mais témoigner de choses comme cela, ça n’a aucune importance pour moi !…

C3 : Il me semble que le plus important c’est ce que vous dîtes toujours à chaque chercheur c’est : « Qu’est-ce que vous recherchez quoi ? »

Bernard : Ah bien sûr car si le chercheur ne se demande pas cela, d’abord c’est que ne n’est pas un chercheur. C’est ce que j’entends par chercheur moi quand même donc ceux dont on parle ne sont pas des chercheurs déjà ! Ils cherchent sûrement quelque chose mais moi je ne parle que de rechercher LA BASE, LE BONHEUR. Bon s’ils arrivent à trouver le bonheur dans…quoi déjà

C1 : L’impermanent, c’est toujours l’histoire de ce qui est permanent ou impermanent

Bernard : Oui toutes les expériences, même la plus grande, auront une fin ! La plus belle expérience finira. Comme l’exemple de Poonja qui jouait avec Krishna  ! «  le voyez-vous maintenant, » cette phrase met un terme à tout cela ! Toutes les expériences et tout ce qui existe à ce niveau, ce n’est pas que ce soit mal, si ça leur fait plaisir qu’ils le fassent, mais on ne parle pas de la même chose et on ne cherche sûrement pas la même chose quand même ! Il y a tellement de possibilités maintenant de savoir( évidemment on entend de drôles de trucs mais il y a quand même des vrais !) Et puis ils peuvent le savoir cela, c’est quoi Réaliser ? Evidemment ils parlent tout le temps d’éveil maintenant alors c’est emmerdant. Mais moi je ne peux pas faire la différence entre Réalisation et éveil puisque je ne sais pas ce que c’est que l’éveil moi. C’est le Bouddhisme qui a inventé ces mots-là, (vers C4)

C4 (rieur) : Excuse-le ! (Rires)

Bernard : Oui le Bouddha on l’appelle l’éveillé hein c’est ça ? mais ils veulent bien dire Réaliser de toutes façons !

C4: Bien sûr ! C’est s’éveiller à sa Vraie Nature . Moi les mots ne me dérangent absolument pas, s’ils recouvrent la même réalité, car chacun emploie les mots qui lui conviennent

Bernard : Oui c’est normal mais ça dépend comment c’est interprété après en fait ! Mais le but de toute recherche c’est l’éternité pour moi et je ne pense pas que l’on puisse l’obtenir avec autre chose que notre recherche, celle que l’on aime là, la nôtre, qui est tellement bien représentée par nos modèles.
Cela va nous amener AU BONHEUR mais pas le reste. Ou alors ce ne sera pas permanent de toutes façons.

Il y a une multitude de pratiques maintenant, elles font du bien. Je le disais à C4 hier, j’ai reçu des chercheurs pendant une quinzaine d’années, il y a eu à part vous quoi ?……. 5 chercheurs : le reste ce sont tous des touristes. Alors bien sûr je précise que je n’ai rien contre les touristes, mais c’est une façon de vivre qu’ils ont, ils vont voir l’un puis l’autre et puis ils vivent comme ça, comme de manger bio par exemple, ou même vivre zen, c’est passé dans le vocabulaire. Ils vivent en faisant la tournée des gurus ou des gens qui témoignent. Pourquoi pas ? Ce n’est pas mal, mais on ne parle pas de la même chose. Moi j’attendais de sortir du bureau, il fallait que ça brûle là. C’est Ramakrishna qui ouvrait la chemise des gens pour voir s’ils étaient rouges, s’ils étaient brûlés, c’est rigolo, mais il était un peu secoué lui, dans le bon sens quand même !

C3 : Donc la recherche n’est pas un mode de vie, vous vous adressez seulement à ceux qui….

Bernard : Non ! Nous en tout cas oui. Mais je n’ai rien contre eux et quand je disais touristes ce n’était pas méchant. Ils vivent comme cela parce que c’est agréable. C’est bien de manger bio et c’est meilleur d’ailleurs, pour la santé, pour le goût, vivre zen, plus cool c’est bien aussi, mais c’est pour l’individu. Nous l’individu : on voudrait bien qu’il parte et il va partir, si on le veut mais c’est ce vouloir plein de passion, de trucs, ce n’est pas une volonté habituelle en fin de compte, ce n’est pas de vouloir comme un gars qui veut sauter 7 m à la perche. Nous ça n’est pas tout à fait cela quand même ; C’est une volonté d’AMOUR et c’est tout de même transformé par…Oui on vibre !

C4 : Tu vois on y arrive à la vibration ! (Rire général)

Bernard hilare : Mais bien sûr ces gens-là m’ont fait vibrer ! Pour moi le mot vibrer c’est participer, devenir participant de ce qu’ils vivent. Moi je disais à Elisabeth : « Prends-moi avec toi ! », on a envie de participer de devenir comme elle, fais-moi vivre ce que tu vis , parce que franchement ça m’intéresse, en fin de compte et je ne pense pas que cela puisse être comparé à des pratiques parce que ce n’est pas une pratique, c’est de L’AMOUR. Il faut que l’on vibre( riant : je fayote !)…Avec ! Pour finalement arriver au saut de l’ange ( Rires)…Moi c’était lourd et c’est tombé quand même parce qu’il y a des « vrais » ,pas des prédicateurs, qui le vivent et qui te font envie, mais tout cela je l’ai déjà dit en plus…….

_____________________________________