• images
  • 11 h 10 min
  • images
  • Aucun commentaire.

Les “Déclics” du chercheur!

téléchargementtéléchargement (1)

Bernard aime utiliser la notion de « déclic » qui se produit chez un chercheur lors de son parcours.Ces déclics peuvent être nombreux, étalés dans le temps et d’intensité diverse.Ces déclics sont comme des pressentis du déclic final de la Réalisation qui lui est irréversible.
Ainsi lorsque j’évoquais avec lui la force, l’intensité et l’importance qu’eurent ma rencontre avec lui il me précisa que justement en l’occurrence il s’agissait d’un « gros déclic ».
Le mieux pour approcher plus en finesse cette notion c’est d’écouter Bernard lui même qui dans une de ses réponses en donne une idée très juste :

 « LE CHERCHEUR VOUDRAIT DES CERTITUDES MAIS CE N’EST POSSIBLE QUE JUSQU’À UN CERTAIN POINT.

Et ceci chacun peut l’expérimenter : une certitude par essence ne peut être qu’intellectuelle et c’est bien normal !

Mais il arrive un moment où la compréhension se trouve face à un mur et elle ne peut aller plus loin; A partir de ce moment ce seront les fameux « déclics » comme j’aime les appeler qui feront le reste.

Tu me demandes pourquoi et comment arrivent les déclics?Il n’y a pas d’explication pour l’ensemble….

Si je regarde les quelques uns me concernant, je dirais que c’est un peu particulier à chaque chercheur, mais en tout cas la BASE COMMUNE REVIENT TOUJOURS A CETTE FAMEUSE PASSION, MOTEUR EXTRAORDINAIRE DE NOTRE DÉMARCHE.

Je vois bien en ce qui me concerne, que lorsque ces déclics se sont produits, ils faisaient suite à un état d’AMOUR INTENSE et qu’une envie formidable avait précédé ce déclic et ça brûlait tout simplement à l’intérieur de moi même.
Je revois par exemple celui de Lourdes:

Oui quelle envie très puissante brûlait tout mon être alors que j’étais à genoux devant cette grotte.Cette envie extraordinaire m’élevait toujours plus haut et plus fort…Je n’ai même pas les mots pour en parler….

CE QUI EST ABSOLUMENT CERTAIN, C’EST QUE DANS CES MOMENTS, LE MENTAL N’EST PAS ACTIF ! IL N’Y A AUCUNE INTERPRÉTATION POSSIBLE. IL N’Y A DURANT CES MOMENTS QU’UN FORMIDABLE AMOUR DANS LEQUEL LE PETIT CHERCHEUR SEMBLE SE NOYER AVEC UN PLAISIR QUI DÉPASSE TOUS LES PLAISIRS CONNUS JUSQUE LA !

ON EST TELLEMENT LOIN DE TOUT CE QUI EST VÉCU HABITUELLEMENT

Et puis d’un seul coup BOUM ! C’EST LE DÉCLIC

IMPRESSIONNANT CET INSTANT QUI N’ÉTAIT NI DANS LE TEMPS, NI DANS L’ESPACE et ceci étant ce qui en fait justement un déclic.

Doucement ensuite, très doucement, le mental revient COMME ANESTHÉSIÉ PAR CE QU’IL N’A PAS VÉCU ! COMME S’IL ÉTAIT ÉTONNÉ ! MAIS MALGRÉ TOUT IL EN A PRIS UN COUP DERRIÈRE LES OREILLES……….

Voilà l’impression que j’en ai et c’est la première fois que j’analyse cela : ce n’est pas simple du tout mais c’est en tout cas fort agréable de le revoir!”