• images
  • 9 h 42 min
  • images
  • Aucun commentaire.

Une des oeuvres spirituelles les plus influentes au monde : l’Anubhavamrita Partie 1

                                                               Jnaneshwar 1275-1296

 

Mon expérience après les nombreuses lectures que j’ai faites c’est que la force transformatrice d’un texte sacré tient au texte ancien lui-même et non aux nombreux commentaires, qui peuvent être parfois brillants mais qui sont toujours teintés nécessairement de la subjectivité de leur auteur.

C’est pourquoi je veux tenter quelque chose d’inhabituel (surtout à une époque si inculte et friande de« digests » et de vulgarisations complaisantes) et proposer aux lecteurs de ce site LE TEXTE BRUT DE L’ANUBHAVAMRITA lui-même sans aucun commentaire, afin de permettre à chacun d’explorer selon son niveau LA FORCE ET LA VERITÉ transformatrices de ce texte de 800 ans dont certains passages s’ils sont bien entendus, peuvent provoquer un choc salutaire, un « déclic » comme dit Bernard, qui rapproche de l’autre rive.
Je ne prendrai comme exemple qu’une seule phrase qui personnellement m’a fait un déclic et qui pourra laisser indifférent beaucoup de gens: « LE JOUR ET LA NUIT SONT TOUS DEUX INCONNUS DU SOLEIL. ». Il y a de multiples phrases aux images suggestives aussi fortes et qui selon les lecteurs seront plus ou moins des catalyseurs pour leur recherche, et chacun n’aura pas les mêmes , c’est pourquoi contrairement à d’autres fois je ne mettrai pas en gras certains passages pour ne pas induire mon propre ressenti et laisser le texte totalement ouvert.

 Jnaneshwar était un poète, philosophe et yogi Hindou très influent du 13 ième siècle. Il a été influencé par la tradition Nath Yogi, mouvement philosophique de son temps. Il a écrit un commentaire éminent sur la Bhagavad Gita : le Jnaneshwari. La légende stipule que après avoir écrit ce texte, son Guru (par ailleurs son frère) le félicita grandement mais lui fit remarquer qu’il avait écrit un commentaire sur ce que quelqu’un d’autre avait dit et qu’il serait préférable qu’il écrive quelque chose venant de sa propre expérience, c’est ainsi que naquit l’ Anubhavamrita qui est considéré comme l’une des œuvres spirituelles les plus influentes au monde, très prisée par Nisargadatta et les sages de toute sa lignée. En plus de ses écrits et de sa poésie, on pensait que Jnaneshwar avait des pouvoirs spéciaux, accomplissant de nombreux miracles tout au long de sa vie. Il appréciait l’humilité, la non-violence et le détachement des plaisirs du monde.

Le sujet du texte est que la dualité entre l’Absolu non manifesté et la manifestation de l’univers est illusoire et n’existe pas réellement et que c’est uniquement lorsque l’identification à l’identité individuelle est totalement abandonnée que nous demeurons tel que nous sommes vraiment.
L’auteur nous offre ici l’opportunité de goûter l’essence même de l’expérience de l’immortalité, l’Ici et maintenant et ce qui est. C’est une invitation à Être.

 J’ai bien conscience de la difficulté d’approche pour certaines personnes et du fait que certains termes anciens peuvent rebuter ou tout simplement ne pas être compris. De plus il y a apparemment de nombreuses répétitions qui comme dans tous les textes anciens sont présentes pour mener le lecteur à une compréhension plus profonde et le toucher d’une autre manière là où il s’était « endormi ».

C’est donc un pari osé mais même si une seule personne profite de cette opportunité, l’expérience n’aura pas été vaine. Prenez votre temps dégustez cette merveille à sa juste valeur écrite par un sage exceptionnel mort à 21 ans et qui à cet âge avait déjà laissé une œuvre considérable et qui déclare:
« Tout comme un morceau de sel(quand il est jeté à la mer)abandonne sa dérisoire existence indépendante, et devient la mer entière, j’ai moi aussi abandonné mon existence individuelle, et j’ai fusionné dans l’unicité «  déclarant ainsi sa Réalisation et contredisant une fois de plus les pseudo-sages à la mode, gardiens de la loi, qui disent que l’on ne peut pas dire que l’on a réalisé sous peine de ne pas l’être. Bernard, tout comme Jnaneshwar, a toujours affirmé avec une énorme humilité que simplement le « saut final » avait été accompli.

 Le texte se compose de cinq versets introductifs suivi de neuf chapitres. Il est si dense que je vais le découper en plusieurs parties qui ne correspondront pas nécessairement au découpage des chapitres car ils sont de longueur très inégales. Je prendrai le texte traduit par Balsekar qu’il a longuement commenté et d’ailleurs ceux qui trouveront trop ardu ce contact brut avec le texte pourront se procurer le livre :
Ramesh Balsekar : l’Expérience de l’immortalité : éditions Acarias L’Originel.

 

__________________________________________

Introduction.

 

1- Je m’abandonne totalement à cette essence, d’indescriptible et indestructible béatitude, qui est unicité, mais qui s’est manifestée comme mon Guru.(Nivrittinath.)

2- J’exprime mon devoir envers cette connaissance reconnue comme la plus haute connaissance, la connaissance de l’ADVAÏTA, qui est en fait le Guru qui sauve le monde de l’ignorance.

3- Dans cette fantasmagorie de l’univers manifesté dans la dualité de la conscience, il est impossible de distinguer la relation entre l’Absolu et l’univers manifesté, Shiva et Shakti.

4- Je m’incline devant la dualité de Shiva-Shakti (Purusha- Prakriti), afin qu’ils me fassent connaître leur unicité intrinsèque.

5- Mes salutations à l’Absolu qui, en sa dualité manifestée, adopte les rôles de celui qui crée, de celui qui préserve, et finalement de celui qui détruit cet univers.

 

________________________________________

 

Chapitre premier : L’identité de Shiva-Shakti.

 


1- Ainsi, j’ai d’entrée de jeu rendu hommage aux parents originels de l’univers manifesté, qui sont eux-mêmes sans la moindre cause externe.

2- Par Amour le mari lui-même (Shiva) est devenu l’épouse (Shakti). Par l’élévation de l’énergie consciente, , la manifestation se déploie dans la conscience, et la dualité qui en résulte apparaît simplement sur la Base essentielle et fondamentale de l’unicité.

3- Shiva et Shakti sont si intimement unifiés qu’ils s’absorbent l’un l’autre tout le temps, de façon à éviter toute rupture dans leur unicité ; ils ne se séparent l’un de l’autre que pour savourer leur Amour réciproque.

4- Le mystère de l’unicité de l’Absolu non manifesté et des phénomènes qui apparaissent dans la dualité est quelque chose qui ne peut pas être compris intellectuellement par un esprit divisé.

5- L’aspect surprenant de cette unicité entre le manifesté et le non manifesté tient à ce que, bien qu’ils semblent distincts et différents, leur Amour réciproque est si profond, qu’ils n’abandonnent pas leur identité intrinsèque, même par inadvertance, lorsqu’ils savourent leur intimité mutuelle.

6 et 7- Ces deux (Shiva et Shakti) ont produit un enfant aussi grand que l’univers, mais ils sont toujours attentifs à ce qu’aucun sentiment de dualité ne souille leur Amour réciproque. Ils assurent que l’émergence de l’univers n’intervient pas comme une troisième entité séparée d’eux-mêmes, et que l’unicité originelle demeure pour toujours.

8- Shiva et Shakti vont de pair, ils ont la même nature intrinsèque, et ils vivent heureux ensemble depuis des temps immémoriaux, indivisibles en leur dualité.

9- La discrimination cherchant à différencier les deux dans leur dualité, était tellement bouleversée par l’intimité de leur relation, qu’elle a perdu la face, et s’est elle-même voilée en fusionnant dans leur non-dualité.

10- Shiva et Shakti sont si étroitement inséparables que l’un ne peut exister sans l’autre.

11- Il est impossible de décrire l’Amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre ; leur relation est si intime qu’on peut les trouver existant ensemble jusque dans l’atome ou le subatome.

12- Aucun d’eux n’a une existence indépendante et aucun d’eux ne peut produire ne serait-ce qu’un brin d’herbe en l’absence de l’autre.

13- En dehors de ces deux, rien n’existe dans le monde, et quand Purusha dort, c’est uniquement Prakriti qui agit dans le monde, et qui est en charge du fonctionnement du monde, tout comme l’épouse prend en charge le foyer en l’absence de son mari.

14- Si l’un ou l’autre parvenait à se réveiller de son sommeil, alors l’univers entier serait avalé hors de l’existence.

15- Ces deux, Shiva et Shakti, trouvent leur unicité dans leur unicité originelle, et acquièrent la dualité au nom de la manifestation conceptuelle.

16- Ces deux deviennent le sujet et l’objet l’un de l’autre, et les deux sont subjectivité dans leur unicité.

17- La distinction entre Shiva et Shakti est strictement dans le nom et dans la forme ; autrement ils sont résolument de la même substance « essentielle »

18- C’est seulement parce qu’il y a dualité dans le monde qu’il y a division dans le monde.

19- Mais cette division n’est que théorique. Tout comme le son de deux bâtons tapés l’un contre l’autre, ou comme le parfum de deux fleurs de la même plante, ou comme la même lumière provenant de deux lampes, ou du même mot émanant des deux lèvres, ou encore de la même vue à travers les deux yeux, le fondement de Shiva et de Shakti est de fait l’éternelle unicité.

20- Shiva-Shakti savourent l’expérience de la manifestation dans la dualité, sans jamais perdre leur unicité.

21- Le couple dévoué est irrémédiablement attaché l’un à l’autre, et ne peut jamais exister, ne serait-ce qu’un instant, l’un sans l’autre.

22- Il est impossible de différencier Shiva, la potentialité, et Shakti, l’énergie qui se manifeste.

23- Il est impossible de différencier le goût sucré du sucre, ou le parfum du camphre.

24- Si vous tentez de saisir la lumière, c’est la lampe qui viendra dans vos mains ; de la même façon, si vous réfléchissez ou méditez sur l’essence de Shakti l’énergie, ce que vous trouverez sera Shiva la pleine potentialité.

25- La lumière du soleil se voit dans le monde entier, mais c’est le soleil qui est la source de cette lumière ; de même, Shakti ayant englouti la dualité, devient l’activité même de Shiva.

26- le reflet d’un objet dans le miroir n’accorde pas la preuve de l’existence de deux objets, mais seulement celle de l’objet originel ; de la même façon c’est l’unicité qui produit l’illusion de la dualité, afin de prouver sa propre existence.

27- La femme qui a épousé CELA qui demeure après que tout le reste ait disparu, et qui, de ce fait, a acquis son pouvoir, et sans laquelle CELA n’est même pas conscient de lui-même, n’est pas distincte de cela.

29- C’est Shakti qui a donné à Shiva son existence même et sa position, par la manifestation de l’univers ; c’est comme si Shakti avait honte que son époux, en dépit de toutes ses potentialités, demeure sans forme et sans nom, et qu’elle ait décidé qu’il avait besoin de cette ornementation.

31- Shakti, dans sa magnificence créative, a mis en évidence la manifestation de l’univers multiple, sur l’état duquel on ne peut même pas se référer comme « un ».

32- Shiva et Shakti mettent chacun en évidence la prééminence étendue de l’autre, en restreignant leur influence propre.

33et34- Celui qui, par Amour pour elle, devient celui-qui-voit et manifeste l’univers entier, perd toute forme en son absence à elle, et perd tout intérêt pour l’univers manifesté.

35- Dans la mesure où la nature de l’univers apparent a été étudiée, on découvre que malgré la présence de l’univers apparent, l’Absolu est absent.

36- Shakti a présenté à son mari Shiva, une assiette pleine de nourriture, sous la forme d’objets multiformes de l’univers ; et Shiva, désormais réveillé, n’a pas dévoré que l’univers apparent, mais également Shakti elle-même, qui lui avait présenté toute cette nourriture.

37- Quand Shiva en tant qu’unicité et potentialité totale, dort, Shakti crée l’univers entier, et quand Shakti dort, Shiva perd même son existence en tant que mari.

38- Quand Shiva est absent en tant que Noumène, il est présent phénoménalement, parallèlement à Shakti, parce que chacun est le miroir de l’autre, étant les contreparties interreliées.

39- Shiva ne peut apprécier aucune expérience par lui-même ; c’est uniquement dans l’union avec Shakti que Shiva peut être soumis à n’importe quelle expérience.

40- Shakti est le corps de Shiva, et Shiva est l’être même de Shakti, et ces deux mêlent leur apparente dualité et la mangent.

41- Il y a une unicité fondamentale intrinsèque entre Shiva et Shakti comme :

42- Il y en a entre le vent et le mouvement, entre l’or et ce qui brille, ou entre le safran et son parfum, ou encore entre le feu et la chaleur. Shakti n’est pas différente de Shiva.

43- Le jour et la nuit sont tous deux inconnus du soleil ; de la même façon, une compréhension claire de l’unicité en essence entre Shiva et Shakti, écarte tout sentiment de dualité.

44- En fait Shiva-Shakti, en tant que dualité, sont les ennemis de cet état sur lequel le « AUM » a émergé, donnant naissance à la dualité. (AUM=Je suis)

45- Jnaneshwar dit : « Je m’incline devant Shiva-Shakti, le couple responsable de l’univers entier, et de toutes les formes en son sein, ce couple qui, en mélangeant toutes les différences en une sorte de pot-pourri, et en l’avalant, met en lumière leur source originelle d’unicité.

46- Tout effort pour identifier les deux, Shiva et Shakti, aboutit au silence verbal absolu, tout comme il est impossible de différencier deux rivières lorsque toute la région est engloutie par les eaux.

47- De même qu’il n’y a aucune distinction entre la lumière et l’obscurité durant le jour, dans l’enlacement de Shiva et Shakti, tout sentiment de dualité disparaît, dans une joie absolue.

48- De même que le vent et son mouvement fusionnent dans le ciel (et deviennent indissociables du ciel), ou que le soleil et sa lumière perdent toute individualité quand tout est lumière à la fin du monde, toute tentative de « voir » Shiva-Shakti aboutit à la disparition de celui-qui-voit, de ce-qui-est-vu, et de la vision même. Je m’incline devant Shiva-Shakti.

50- Quand on commence à réfléchir profondément au sujet de ce couple, ils ne deviennent pas seulement l’objet d’une telle méditation, mais le penseur même disparaît dans leur véritable nature.

51- Au regard de cette indifférenciation, comment pouvons-nous distinguer nous-mêmes, même dans le but de rendre hommage ?

52- Si tel est le principe, je dirais que la simple compréhension de l’indifférenciation de soi-même et du couple divin, est en soi un hommage qui leur est rendu, tout comme par une compréhension similaire, la parure rend hommage à l’or (duquel elle est faite)

53- Si la parole continue d’expliquer l’importance des mots, peut-il y avoir la moindre distinction ?

54- Si l’on nomme une rivière d’un nom masculin, et une autre d’un nom féminin, cela constitue-t-il une distinction dans l’eau qu’elles sont toutes deux ?

55- Quand le soleil est vu par sa propre lumière après l’aube, cela signifie-t-il qu’il y a la moindre distinction entre le soleil et la lumière du soleil ?

56- Peut-il y avoir la moindre différence entre la lune et le clair de lune, qui semble l’envelopper ?Pouvez-vous différencier la lampe et la lumière ?

57- Est-il possible de distinguer la pierre précieuse de son éclat ?

58- AUM représente trois sons mais cela signifie-t-il que le son primordial a été scindé en trois ? Ou, si une lettre spécifique de l’alphabet est écrite sous des formes légèrement différentes, cela la détruit-elle ?

59- Qu’y a-t-il de mal à ce que l’eau, sans qu’elle perde sa propre nature, savoure la beauté des vagues ?

60- Par conséquent je m’incline devant Shiva-Shakti sans rompre l’unicité ; ainsi :

61- Tout comme l’objet et son reflet fusionnent ensemble dès que l’intermédiaire du miroir est retiré, ou tout comme la vague fusionne avec l’étendue de l’eau lorsque le vent cesse ;

62- Tout comme l’on retrouve le sentiment de présence au réveil( et l’absence de la présence, aussi bien que le rêve disparaissent tous deux.)

63- Tout comme un morceau de sel(quand il est jeté à la mer)abandonne sa dérisoire existence indépendante, et devient la mer entière, j’ai moi aussi abandonné mon existence individuelle, et j’ai fusionné dans l’unicité qu’est Shiva.

64- C’est en reconnaissant de cette manière l’indifférenciation fondamentale entre le Noumène et les phénomènes, que j’ai rendu hommage à Shiva- Shakti.

 

_______________________________________