• images
  • 11 h 24 min
  • images
  • Pas de commentaire.

les ennuis concernent surtout les mordus de lecture!

3242812208_1_2_MJGAILoIrcna262

Ce magnifique dialogue de Ramana avec un intellectuel hindou connaisseur des textes est d’une grande profondeur et d’une grande subtilité: il contient quasiment l’essentiel de ce qui est nécessaire pour Réaliser.

Mais comme les êtres humains sont assez fermés aux vérités les plus simples il est nécessaire de répéter constamment les mêmes choses sous une forme légèrement différente pour qu’enfin émerge une transformation.

C’est le seul but des différents « enseignements ». Bernard d’ailleurs et je le comprends n’aime pas ce mot et il dit que l’être Réalisé porte un témoignage qui entre ou pas en résonance avec le cœur de celui qui l’entend.Mais la transformation ne sera jamais intellectuelle et Ramana le montre bien dans ce passage, tout en terminant par un message d’espoir

 

 

Un visiteur qui semblait avoir étudié les écritures saintes de l’Inde posa quelques questions à Ramana :
Q : Comment Réaliser le SOI ?

R : Le SOI est toujours perçu directement, il n’ y a aucun moment où il ne l’est pas.
Comment s’en assurer ?
Découvrez le SOI : vous êtes cela !

Q : Mais on dit que lorsque le Suprême est atteint, les nœuds du cœur sont dénoués et que tous les doutes tombent.

R : Être le SOI est la même chose que voir le SOI.
IL NE PEUT EXISTER DEUX SOI, L’UN VOYANT L’AUTRE.

Q : Comment Réaliser le SOI ?

R : Il est déjà réalisé. Tout le monde devrait connaître ce simple fait : c’est tout !

Q : Mais je ne le connais pas. Comment puis-je le connaître ?

R : Niez-vous votre existence ?

Q : Non : comment pourrais-je la nier ?

R : Vous admettez donc la vérité.

Q : Et pourtant je continue à ne pas voir comment je peux Réaliser le SOI !

R : Trouvez celui qui dit : « je »
Qui est ce « je », est-ce le corps ou quelqu’un hors du corps ?

Q : Ce n’est pas le corps : c’est donc quelqu’un hors de lui.

R : Trouvez le !

Q : Je ne m’en sens pas capable, comment pourrais-je le trouver ?

R : Vous êtes en ce moment conscient du corps.Ce n’était pas le cas dans le sommeil profond, mais cela ne vous empêchait pas de poursuivre votre sommeil.
Une fois réveillé, vous constatez l’existence du corps et vous dîtes « Je ne peux pas Réaliser le SOI ! ». Le disiez-vous dans votre sommeil ? Non parce qu’alors vous étiez non-divisé.
Maintenant que vous êtes enserré dans les limites du corps, vous dîtes : « Je n’ai pas réalisé le SOI ! »
Pourquoi donc imposer des limites à votre SOI et vous sentir misérable ?
Soyez votre Nature Véritable et vous serez heureux !
Vous ne disiez pas « je » quand vous dormiez, maintenant vous le dîtes : pourquoi ?
Parce que vous restez accroché à votre corps. Cherchez d’où vient ce « je » alors le SOI sera Réalisé !
Le corps dépourvu de conscience ne peut pas dire « je » ET LE SOI INFINI NE PEUT PAS NON PLUS DIRE « JE » : QUI DONC ALORS DIT « JE » ?

Q : Je n’y comprends plus rien ! Comment trouver ce « je » ?

R : Découvrez d’où ce « je » surgit, alors ce « je » disparaîtra et seul demeurera le SOI INFINI.
Ce « je » n’est qu’un nœud de connexion entre le conscient et l’inconscient. Le corps n’est pas le « je » , le Soi n’est pas le « je ». Qui donc est ce « je » et d’où s’élève-t-il ?

Q : D’où vient-il en effet ?

R : Cherchez !

Q : Je ne sais pas veuillez m’éclairer.

R : Il ne vient pas de l’extérieur, il est en vous.D’où vient-il ? S’il venait d’ailleurs vous pourriez y être conduit. COMME IL EST A L’INTÉRIEUR DE VOUS : VOUS SEUL POUVEZ LE DÉCOUVRIR !

Q : Vient-il de la tête ?

R : Le concept de la tête s’élève t’il après l’apparition du « je » ou le « je » s’élève- t-il de la tête ?
S’il est dans la tête, pourquoi celle-ci tombe-t-elle quand vous succombez au sommeil ?
Le « JE » ou « LE SOI » est toujours constant, son siège doit donc aussi l’être !
Si la tête tombe à un moment et se redresse à un autre, comment peut-elle être son siège ? Votre tête repose à plat quand vous dormez, elle se redresse quand vous vous réveillez, peut-elle être le « je » ?

Q:Quel est-il alors ?

R : Le « je » vient de l’intérieur de vous-même. Quand vous dormez il n’y a pas de « je » et juste avant le réveil, la pensée « je » apparaît

Q : On dit que le nœud du cœur se trouve entre les sourcils.

R : Les uns disent qu’il est situé entre les sourcils, les autres au coccyx et ainsi de suite.
TOUTES CES LOCALISATIONS NE SONT QUE DES CONCEPTS ÉLABORÉS A PARTIR DU CORPS.
Le corps n’apparaît qu’après la pensée « je » .

Q : Mais je ne peux tout de même pas me dépouiller de mon corps ;

R : Vous admettez donc que vous n’êtes pas le corps.

Q : S’il y a douleur dans ce corps je la ressens et je ne la ressens pas si c’est un autre corps qui est blessé. Je n’arrive pas à dépasser ce corps.

R : Cette identification est la cause de ce que vous ressentez. C’est le nœud du cœur (Hridaya-granthi)

Q : Comment dénouer ce nœud ?

R : Pour qui existe ce nœud ? Pourquoi voulez-vous le dénouer ? Est-ce lui qui le demande ou bien est-ce vous ?

Q : Le nœud bien sûr ne peut rien demander : c’est en effet moi qui demande !

R : Qui est ce « je » ? Si vous le trouvez, le nœud disparaîtra !

Q : Le nœud est associé au corps. Ce dernier est là parce qu’il est né : comment éviter de renaître ?

R : Qui est né ? Le Soi est-il né?Ou bien est ce le corps qui est né ?

Q : C’est le corps !

R : Alors laissez au corps le soin de demander comment éviter de renaître !

Q : Il ne demandera jamais rien, c’est donc moi qui doit le faire.

R : Du corps de « qui » s’agit-il?Dans votre sommeil profond, vous n’aviez pas de corps. Ce n’est que lorsque la pensée « je » a surgi, que le corps a surgi également.
Ainsi la première naissance est celle de la pensée « je ».
La naissance du corps vient après la pensée « je », le corps naît donc en second.
Éliminez la cause première et la seconde disparaîtra d’elle-même.

Q : Comment empêcher l’apparition de cette pensée « je » ?

R : Par la recherche du SOI.

Q : J’essaie de comprendre mais sans succès ! Puis-je trouver le Soi en recourant au japa (répétition d’un mantra)et si oui je vous prie de me dire comment.

R : Quel japa?Pourquoi devriez vous pratiquer un japa artificiel?Vous pouvez découvrir le japa éternel et naturel qui se poursuit sans cesse en vous.

Q : Mais peut-être qu’un enseignement m’aiderait ?

R : Si je dis de répéter « rama, rama » à quelqu’un qui ne s’est pas donné autant de mal que vous à étudier des livres : il le fera et persévérera ;
Vous qui avez beaucoup lu et fait toutes sortes de recherches, vous ne le pratiquerez pas longtemps car vous penserez : « Pourquoi devrais-je le faire?En fait qui suis-je pour répéter ce mantra?Laissez moi d’abord découvrir qui je suis avant de m’y engager. » Vous cesserez alors la pratique du japa et vous commencerez l’investigation.

Q : Il est dit dans les textes : les sens sont tournés vers l’extérieur et le regard doit être tourné vers l’intérieur : que veut dire le regard tourné vers l’intérieur ?

R : Il ne s’agit pas de tourner l’œil dans le sens inverse.
Est-ce l’œil qui voit ou est-ce quelqu’un qui se trouve derrière lui ?
Si l’œil peut voir par lui-même, alors est ce qu’un cadavre est aussi capable de voir ?
C’est donc celui qui se trouve derrière l’œil qui voit à travers l’œil.

Q : Mais pour voir la gloire de Dieu selon les textes sacrés, il faut plus qu’un œil ordinaire

R : Ah ! Je vois : vous voulez voir la splendeur de millions de soleils et tout le reste !(allusion aux descriptions imagées et dithyrambiques des textes sacrés hindous!)

Q : mais ne pouvons-nous pas voir la gloire divine sous forme de splendeur de millions de soleils ?

R : pouvez vous déjà simplement supporter l’éclat de notre seul soleil ? Pourquoi vouloir voir des millions de soleils ?
Le questionneur se retira et peu après Ramana dit :

R : La vue du divin signifie en fait la luminosité du SOI
Qui peut accorder une vue divine et qui est celui qui voit ?
Les gens lisent dans les livres:  « Entendre l’enseignement, y réfléchir et se concentrer pleinement est nécessaire. »

Ensuite ils pensent qu’ils doivent passer par toutes sortes de samadhi(sortes d’état de transe supérieurs) avant de pouvoir atteindre la Réalisation : d’où toutes ces questions qu’ils posent !
Mais pourquoi donc devraient-ils errer dans ce labyrinthe ?
Qu’y gagnent-ils en fin de compte ?
Rien d’autre que la cessation des difficultés de leur recherche et la découverte que le SOI EST ÉTERNEL et évident en soi.

Pourquoi n’obtiennent-ils pas cette certitude dès maintenant ?
UN HOMME SIMPLE, NON-INSTRUIT EST SATISFAIT AVEC LE JAPA ET L’ADORATION.
UN JNANI EST LUI BIEN ENTENDU PARFAITEMENT SATISFAIT.
LES ENNUIS CONCERNENT SURTOUT LES MORDUS DE LECTURE :

MAIS ENFIN EUX-AUSSI PROGRESSERONT !